AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Ashback

Aller en bas 
AuteurMessage
Butch

avatar

Nombre de messages : 15
Age : 41
Localisation : Quartier des bouchers, Bonta
Date d'inscription : 12/06/2013

MessageSujet: Ashback   12/9/2013, 22:49

Aux abords de Brakmar, Butch était à la recherche des « archimonstres » autochtones. Après avoir sillonné toute la journée les landes de Sidimote sans succès, il était sur le point d’abandonner la zone lorsqu’un vif éclat de lumière attira son attention du côté des remparts de la cité. « Allons voir, mon fidèle Spang’, sans doute s’agit-il d’un vieux tesson de bouteille mais ça pourrait tout aussi être le fameux ‘’Dofus perdu’’…» plaisanta-t-il en flattant l’échine de sa monture épuisée pour l’encourager dans une dernière course.

L’objet brillant était là, en partie couvert d’immondices, surplombant les coulées magmatiques qui formaient les douves naturelles de la cité fortifiée. Il avait échappé à la crémation grâce à la présence salvatrice de racines noueuses qui perçaient en contrebas, celles-ci avaient intercepté l’artefact dans sa chute : véritables griffes végétales, elles étaient régulièrement arrosées par les eaux usées de la ville qui se déversaient en cet endroit, et agrippaient de temps en temps des déchets bien moins glorieux.

Butch avait un pressentiment, bien que trop petit pour être un œuf de dragon, l’objet ovoïde possédait une aura magique qu'il pouvait palper: il ne l’abandonnerait pas ici sans en connaitre la nature exacte.

Accroupi près du précipice, le Iop évaluait la situation : il ne sera pas aisé de déloger le mystérieux objet de son écrin sans risquer de le faire choir vers une destruction certaine… Déterminé, il se releva, se dirigea prestement vers sa monture et s’en servit comme porte-manteau.

« Bon allez, il s’agit de ne pas se louper maintenant » déclara Butch dans son caleçon à petits cœurs rouges...

Après avoir fait quelques génuflexions devant le fier dragodinde, coiffé du couvre-chef orné de dents de crocodailles de son maître, le Iop fit face à son objectif, humecta un doigt tendu en l’air pour déterminer le sens du vent et planta ses orteils dans la terre et la cendre. « BANZAAAAAAAAAAAAAAAAÏÏÏ !!!! » hurla-t-il avant de s’élancer dans une enjambée à faire pâlir le célèbre Oursin Bault.

Le vent sifflait dans ses oreilles, les moskitos s’écrasaient sur ses dents, le sang chargé d’oxygène alimentait ses muscles tendus, la mécanique était belle, huilée,  il était une machine, BANG ! 300 kPM/h, le bord du gouffre approchait, il allait sauter, il allait s’envoler… ouais… il allait… le faire !!...

... Mais il stoppa nette sa course à un poil de testicule de mulou du bord des douves, reprit bruyamment sa respiration et lança « souffle » sur l’œuf captif : la racine élastique ploya en arrière et reprit sa position initiale, éjectant à bonne altitude tout ce qu’elle retenait. D’un simple « bond », Butch saisit avec grâce et élégance l’objet tant convoité et fut canarder par le reste avant d’atterrir ‘’sain’’ et sauf de l’autre côté… « YOUHOUUUUU, t’as vu ça Spangy ? C’est qui le PATRON ?? Hein, c’est QUI ?... » le Iop euphorique entama une danse de la victoire lorsque des hectolitres d’eau usée jaillirent par le déversoir, juste au-dessus de sa tête, ajoutant une deuxième couche de crasse à la première… le calmant une bonne fois pour toute.

Une potion de foyer et trois bains plus tard, Butch, parfumé et détendu, profita du quatrième bain pour examiner sa trouvaille de plus près. Nettoyé, l’objet présentait effectivement la forme d’un bel œuf d’obsidienne, un peu plus gros que le poing, irisé de temps à autre par une étrange lueur bleutée, le boucher pouvait sentir une puissante magie couver en son sein mais il était incapable d’en deviner les effets ; à son contact il ne se sentait pas plus fort, pas plus agile ou plus intelligent, il ne comprenait toujours pas le langage écureuil et n’arrivait pas non plus à se curer le nez avec les orteils comme Hunabku... Il tenta de le frotter, de le mordre, de  le lécher, de le cogner sur le rebord de la baignoire sans grand succès.

Finalement, il y avait peut-être une raison pour laquelle l'ancien propriétaire l’avait balancé aux chiottes: ce truc ne servait à rien…

Butch ne perdit cependant pas espoir, il restait encore les formules magiques à tester : « Shazam ! », « Abrakadabryne !!», « Avada kadavra !!! », « Rictus  Sempra !!!!», enchaina-t-il avec plus ou moins de conviction… toujours rien… Rageux, il s’écria : « HOLY BLOODY FUCKIN SHIT !!!! » en faisant mine de balancer la chose contre le mur… En réponse, une violente décharge d’énergie lui paralysa le bras, l’œuf lui échappa des doigts, tomba au sol et roula au centre de l’unique pièce de la chaumière de la millifutaie. Tel un culbuto, il se redressa et commença à tourner doucement sur son axe…

Le bras engourdi, le Iop s’extirpa vite fait du baquet, enroula une serviette autour de sa taille et garda une distance raisonnable pour observer le phénomène : comme une soupape de cocotte-minute, l’œuf tournait de plus en plus rapidement en émettant un sifflement strident tandis qu’une dense fumée blanchâtre se formait tout autour. La rotation cessa soudain et l’œuf se fendit en deux, sur la hauteur, avant de disparaître dans un épais tapis brumeux qui recouvrait maintenant l'intégralité du plancher de la maisonnette.

A la fois inquiet et excité Butchy, comme aimait l’appeler Pampulilu, s’avança précautionneusement pour voir ce qu’il restait de l’étrange objet… Malheureusement, il posa le pied sur un morceau de savonnette égaré lors du troisième bain… Ce dernier passa par la fenêtre après avoir pété un carreau tandis que le Iop s’affala par terre, sur le dos.

Maugréant, il se redressa sur ses coudes pour assister au spectacle de sa vie...

La brume se concentrait là où l’œuf avait disparu, médusé, Butchy assista à la matérialisation de la plus jolie paire de jambes qu’il n’avait jamais vu, surmontée d’une paire de fesses à se damner, des hanches et une chute de reins à couper le souffle, la créature planait à quelques centimètres au-dessus du sol et tournait doucement sur elle-même tandis qu’elle continuait à se former en aspirant la brume au sol, bientôt Butch ne sut à quel « sein » se vouer et l’hémorragie nasale menaçait... Enfin, un visage se dessinait, des lèvres pulpeuses, un regard sévère, de longs cheveux et… lorsque la brume fut totalement aspirée… une paire de cornes au sommet du crâne…

« LIBRE !! JE SUIS LIBRE !!! MOUHAHAHAHAH !!!!! » à ce moment-là Butch se dit qu’il venait de commettre une grosse erreur et qu’il aurait peut-être dû balancer l’œuf dans la lave au lieu de faire le show sous les remparts Brakmariens… Il recula sur ses coudes et grimaça lorsqu’il s’aperçut qu’il avait attiré l’attention de la fascinante créature éthérée. « Est-ce toi qui m’a libéré ? » Le Iop acquiesça d’un rapide mouvement de tête sans savoir exactement ce qu’il avait fait … « En quelle année sommes-nous ? » demanda-t-elle d’une voix sensuelle « Six.. Six cent quarante-trois » répondit Butch un peu hésitant. « Quatre ans ! Quatre longues années emprisonnée dans cette maudite pierre d’âme… » se lamenta-t-elle avant de reporter son attention sur le Iop, elle flotta doucement vers lui pour le chevaucher, glissa une main sous son menton et approcha ses lèvres des siennes  « Aides moi à retrouver mon enveloppe charnelle et je te montrerai de quelle manière une femme privée de plaisir pendant quatre ans pourra te récompenser… » .

L’hémorragie nasale eut lieu et Butchy perdit connaissance sous le chapiteau formé par sa serviette de bain…


Dernière édition par Butch le 18/9/2013, 00:15, édité 5 fois (Raison : corrections de quelques tournures de phrases)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Agarhathel

avatar

Nombre de messages : 95
Localisation : En train de geler sur pied à Frigost
Date d'inscription : 13/04/2008

MessageSujet: Re: Ashback   13/9/2013, 23:39

Objets inanimés, avez-vous donc une âme ?
Nolpheas de Mitralane, poète Xelor

De nombreuses légendes circulent dans les tavernes du Monde des Douze. De l'homme qui a vu le Péki-Garou à celui qui prétend avoir conquis le coeur de Missiz Frizz, elles ne sont pas toutes égales en crédibilité. Entre les rumeurs contradictoires et les exploits imaginaires, bien perspicace est celui qui parvient à en extraire une once de vérité. Prenons par exemple les fables qui courent sur les armes magiques. Nombreux sont les guerriers, Iop pour la plupart, qui parlent avec leur épée et la considèrent comme leur plus fidèle compagne. Ils s'imaginent peut-être que leur arme les comprend, et ils en tirent la force de surmonter les épreuves qui leurs font face. Moins nombreuses sont en revanche les épées qui répondent à leur porteur. Au sujet de ces armes mystérieuses, toutes les théories ont été avancées, et de nombreuses ont été étayées. On parle de Shushus, créatures malveillantes issues de la Shukrute et incarnées dans le Monde des Douze sous forme diverses. On parle de créatures mortelles, si attachées à leur arme que même après la mort un fragment de leur âme y a été investi, et prend parfois le dessus sur la conscience de leur porteur actuel.

Si cette dernière légende contient un fond de vérité, elle amène tout naturellement à une interrogation : Quelle est la concentration d'âme maximale qu'il est possible de rassembler au mètre carré ? Pour l'oeil non averti, il aurait pu sembler que l'armurerie de la Tour des Aventuriers du Dofus perdu ait été bâtie pour répondre à cette question. En effet, il s'y entassaient pêle-mêle certaines des armes les plus étranges qui soient. Là une fourche qui émettait de temps à autres un couinement de porkass, ailleurs un bâton que les lavages successifs n'avaient pu départir d'une forte odeur de cawotte; là encore, verouillée dans un coffret portant le nom d'Issering, une collection d'armes à feu aux couleurs disparates murmurant des messages de haine à qui leur tendait l'oreille. Ce n'était pourtant pas de cette collection disparate que provenait le  chuintement aigu qui emplissait la pièce.

Tout en bas d'une étagère poussiéreuse, dans une boîte remisée là depuis des années, quelque chose s'agitait. Si un aventurier curieux s'était aventuré là et y avait fouillé, il aurait d'abord dû écarter une minijupe noire , un bustier du même ton et un arc verdâtre avant de mettre la main sur la source du dérangement : une magnifique paire de Blessdags emmaillotée dans un linge. Le temps semblait les avoir épargné, tant leur tranchant était affuté, et la mèche de cheveux roses attachée à leur garde n'avait pas pâli. Sur la lame, on distinguait clairement la marque de la forgeronne, une Sacrieuse que tous les Aventuriers connaissaient. Unique imperfection à ces instruments de mort, la marque de leur propriétaire, autrefois gravée sur le manche, avait été si bien entaillée au ciseau qu'elle en était maintenant illisible.

S'extrayant lentement de leur fourreau, les dagues se mirent à léviter quelques pouces au dessus du sol, décrivant lentement des cercles concentriques, tournoyant l'une autour de l'autre dans un funeste ballet. Plus haut dans les étages, le bruit du verre brisé retentit, et la danse macabre s’accéléra. Les lames se mirent à luire, et à décrire autour de l'arc et des vêtements contenus dans la caisse une chorégraphie qui n'aurait pas manqué de grièvement blesser notre hypothétique curieux. Parvenues au point d'orgue de leur danse, les lames maintenant rougeoyantes s'élancèrent d'un seul mouvement vers le plafond, comme attirées par une force invisible, et se fichèrent en vrombissant dans une épaisse poutre. De la fumée s'éleva bientôt, et tandis que l'antique poutre commençait à se consumer, les glyphes d'une langue impie se redessinaient maintenant sur la poignée des armes, clamant au vu de tous le nom de leur propriétaire dans une langue issue des profondeurs de la géhenne, et le Monde sembla s'ébranler devant ce message délétère...

La Chasseresse était de retour
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pampulilu

avatar

Nombre de messages : 659
Age : 35
Localisation : entre la vie et la mort en quête de mystère
Date d'inscription : 21/08/2007

MessageSujet: Re: Ashback   19/9/2013, 03:44

Le zaap de la montagne des Koalaks était bien encombré, à l'instar d'une Hot O'root durant le retour des vacances Soko l'air. Entre les badauds avec leurs "ofre en or" et les aventuriers en goguette partant pour les contrées remplies de koalaks belliqueux, se faufilait Pampulilu.

Équipée de son sac du Staca Noviste, chevauchant Pampumobile, la sadidette tentait de rejoindre l'antre des Aventuriers. Elle venait de passer quelques jours chez son amie Arva, au fin fond de l'île de Moon. Un séjour bénéfique où elle avait appris à se perfectionner en soupe de tortues.

Sur le chemin les dragodindes s'agitaient, comme à leur habitude, cependant Pampumobile agissait de façon étrange. Les gros yeux globuleux du dindon reflétaient une sorte de peur immense que l'on peut observer chez les personnes ayant vu l’Innommable. Mais bon me direz-vous, ça reste une dinde au nombre d'expressions limité, certes mais quand même il se passait quelque chose de louche.

Pampulilu d'ordinaire si bien coiffée avec son superbe chignon trop Kah Ouayi, avait laissé ses cheveux flotter dans la brise. Malgré cette apparente légèreté la sadidette avait le cœur lourd, une sorte de nostalgie mêlée de tristesse, elle-même ne savait pas trop pourquoi ces sentiments jaillissaient en elle.

Elle parcourait le territoires des dragodindes en croisant moult b'hots, mais plus elle approchait de la tour, moins les dindons sauvages étaient présents, chose étrange car ils adoraient forniquer près de la tour.


Ils ont dû faire la foire à faire fuir les dindons, j'ai peur de c'que j'vais trouver. Lança-t-elle à Pampumobile.

Elle imaginait la scène, Butch avec la vieille culotte  collector de Copine sur la tête, Agar stoïque dans un recoin. Korzen et Loreen est en train de ronronner dans leur panier. La routine en somme.

Mais à mesure qu'elle approchait de la tour, presque devant la porte, l'atmosphère lui paru oppressante, une lourdeur qui la faisait suffoquer. Son cœur battait la chamade (mais pas du style chabadabada). Malgré tout elle réussi à descendre de sa fière monture.

Quand Pampu posa sa main sur la grosse porte de la guilde le malaise augmenta, son cœur se mit à avoir des palpitations, le monde tournait...tournait vite...trop vite, un spectre du passé lui apparaissait, des cornes, des dagues....Sa vision se troubla, elle essaya par tous les moyens de ne pas se laisser submerger. En vain elle s'évanouit en griffant la grande porte, ses pensées envahies par le visage d'Ash-Ka, cette traitresse à la fois effroyable et attirante
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Butch

avatar

Nombre de messages : 15
Age : 41
Localisation : Quartier des bouchers, Bonta
Date d'inscription : 12/06/2013

MessageSujet: Re: Ashback   19/9/2013, 20:07

Le boucher s’était fait discret cette semaine, lors de ses rares apparitions à la Tour des Aventuriers, il affichait un sourire niais et restait évasif quant aux raisons de son comportement. Quelque chose avait également changé dans ses plats, les steaks étaient taillés en forme de cœur et l’accompagnement représentait parfois de véritables fresques florales…

C’était le jour de l’assemblée générale de la guilde, les tables avaient été rapprochées au centre de la pièce principale et les Aventuriers siégeaient pour discuter des sujets à l’ordre du jour : réparation de la façade nord abimée par l’escalade d’une certaine Iopette, canalisations fréquemment bouchées par des poils d’Ecaflip, rognures d’ongles de doigts de pieds retrouvés sur le bar et autres joyeusetés du genre…

Agarhathel allait ouvrir la séance lorsqu’un Butch tout excité fit irruption dans la pièce en s’excusant de son retard : « Les amis, les amis, pardonnez moi mais j’ai une grande nouvelle à vous annoncer… » Il garda le silence quelques secondes, donnant un côté théâtral à sa déclaration, et continua après avoir obtenu l’attention de tout le monde : « JE VAIS ME MARIER !! » ... Pampulilu pulvérisa sa gorgée de khafé chaud sur le pelage de Korzen, Demence se tapa le front sur la table, Hunabku eu un frétillement d’orteil et Agarhathel leva un sourcil interrogateur en attendant la chute de la blague.

Butch se mit de profil et tendit une main vers la porte d’entrée où était sensée se tenir sa dulcinée… « Je vous présente El… Bah ? », il resta coi devant l’encadrement vide de la porte puis ricana bêtement en se frottant l’arrière du crâne « Elle est timide… Elle l’était moins hier soir… Je, hum… Ne bougez pas je reviens, je vais la chercher ! » .

Les Aventuriers purent saisir quelques mots de la conversation au loin : « Mais si c’est une bonne idée… pourquoi dis tu ça ?... Tu verras ils sont sympas… ça va aller, viens ! ». Butch réapparut quelques minutes plus tard, entrainant derrière lui la jeune femme dont le visage était occulté par le bord de sa coiffe « Je vous présente donc ma future épouse, Elia… »

La disciple de Crâ releva la tête et plongea un regard -de nouveau- plein de vie dans celui d’Agarhathel…

« …Ash’Ka Stormbringer… » termina froidement la Sacrieuse en soutenant le regard de la démone. Butch se réjouit : « Ah mais c’est super vous vous connaissez ! Tu vois Eli, ça commence bien, il ne fallait pas se… » il s’interrompit en repensant aux circonstances de la découverte de sa douce ; comment la Chef pouvait la connaitre ??!

L’ambiance devint électrique et le malaise ne tarda pas à s’installer…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ash'Ka

avatar

Nombre de messages : 116
Age : 101
Date d'inscription : 04/02/2008

MessageSujet: Re: Ashback   10/10/2013, 21:29

Ash agrippa le bras de Butch et le tira vers elle de manière à ce que l’oreille de l’immense Iop arrive à portée de lèvres : « Tu vois, je ne suis pas la bienvenue ici » murmura-t-elle en désignant d’un signe de tête son portrait saccagé, toujours accroché aux murs des Aventuriers. Elle lâcha prise et reporta son attention sur l’assemblée ; « Où est Jones ? » demanda-t-elle à ses anciens compagnons d’un ton calme et posé…  

« Ah bah MERDE alors !! » ne laissant pas à Agarhathel le temps de répondre, le boucher revenait déjà vers eux, à la fois perplexe et excité, gravure en main « Je ne t’avais pas reconnu sous tous ces euh… graffitis, Eli, tu… tu étais une Aventurière ! … Wohaaaaa regardez-moi ça, entrain de dépecer un chacha, tu es trop… sexy ». Embarqué dans sa logorrhée Butchy retourna la gravure pour la présenter à la Chasseresse.

Les yeux de la démone s’écarquillèrent, ses pupilles ne dessinèrent plus qu’un simple trait vertical et elle recula rapidement en préparant une flèche de recul « Enlève moi ça de là ! » le menaça-t-elle. Butch, ne comprenant pas quel pouvait bien être le danger, s’amusa à faire un pas en avant en brandissant à bout de bras la gravure … « Je ne plaisante pas Butch, n’approche pas ce truc de moi …» , « Houuuuuuuuuuu !! » insista-t-il lourdement en avançant encore un peu . La réponse ne se fit pas attendre, la flèche décochée claqua contre le portrait et fit voler le Iop à l’autre bout de la pièce… « T’es dingue !! » protesta-t-il en se relevant, une moitié de cadre dans chaque main.

Ash restait immobile et silencieuse, son visage trahissait l’incompréhension. Hunabku et Korzen, arme à la main, s’étaient levés pour porter assistance au Boucher et se tinrent prêts à la contre offensive. Pampulilu, dépitée, leva les yeux au plafond et Agar, curieuse, attendait de voir la suite des événements tout en étant prête à mettre le holà en cas de bataille rangée …

« J’ai besoin d’explications… » déclara doucement la Chasseresse sortie de sa torpeur, elle leva une main apaisante et remisa son arc : « J’ai mis toute mon énergie, déployé toutes mes ressources dans la traque de mon frère renégat, Aram’As, une quête longue qui m’a couté cher : mes pouvoirs, ma liberté… mais je l’ai toutefois accomplie… du moins le croyais-je… Aujourd’hui, je découvre avec stupéfaction ses signes, ses mots, son écriture sur mon portrait, similaires à ceux qui remplissaient le parchemin qui m'a piégé dans ce monde… Alors comment ? Est-il revenu ? Celui que vous nommiez Liahk, a-t-il ressuscité ? Répondez-moi s’il vous plait…» Ash’Ka semblait désemparée, comme si on venait de lui arracher sa raison d’être.

« Ce n’est pas à ton frère que nous devons cette œuvre… » répondit Agar’, plus motivée par la résolution d’un nouveau  mystère que par compassion. Elle obtint alors toute l’attention de la Démone qui était pendue à ses lèvres : « …mais à Aephka, sa… fille »…  « Aephka ??! » s’étonna Butch, « sa fille ??!! » s’exclama Ash en chœur... « Oui, et si tu veux en savoir plus sur ta nièce, elle a écrit quelques mots dans notre grimoire… » poursuivit Agar’ en désignant l’épais ouvrage « …Tu es libre de le consulter ».

Contenant ses émotions, Ash’ tournait les pages d’une main tremblante, son attitude peu commune alerta la sacrieuse, elle l’avait connu autrefois impassible, froide, calculatrice mais jamais aussi perturbée, voire paniquée. Elle observait avec attention la disciple de Crâ qui étudiait l'histoire d'Aephka. Un silence monacal s’était répandu dans la tour des Aventuriers.

« Kala’Sha… » prononça finalement la Chasseresse  en refermant l’épais grimoire, un demi sourire en coin reflétant à la fois la fierté d’appartenir à un peuple aussi machiavélique mais aussi l’effroi engendré par la confirmation de ses craintes, un frisson lui parcourut l’échine. « A tes souhaits ! » plaisanta le Boucher, Ash’Ka lui jeta un regard noir et continua froidement : « Kala’Sha ou ‘Porteur de mort’ dans ma langue natale » Butch déglutit et ravala son sourire, Ash s’avança doucement vers lui en poursuivant : « Mon peuple utilisent les Kala’Sha pour anéantir les mondes mineurs sans se salir les mains, ces engeances  acquièrent des pouvoirs qui finissent par les dépasser, incontrôlables, ils deviennent de véritables bombes à retardement. Ils sont bien souvent condamnés à subir le sort de leur environnement; la malédiction de notre sang croisé, exploitée dans sa plus grande perfidie…». Butch l’interrompit: « Pfff, n’importe quoi, Aephka n’aurait pas fait de mal à un moskito, je la connais bien, je lui ai appris le métier… On m’aurait dit que Copine était une ‘Shalakaka’ , OK, elle est complètement tarée… mais Aeph, j’ai du mal à le croire ! Je refuse de le croire ! Elle est mon amie ! ».

« L’amitié, l’amour… des sentiments qui vous mèneront à votre perte » reprit Ash’ en caressant la joue de son sauveur « Cette Aephka, ma… nièce… a des moments d’absence, mon frère a choisi son nom en connaissance de cause d’ailleurs… ces accès de violences dont elle n’a pas conscience, ces crises qu’elle décrit dans le grimoire sont symptomatiques, elle est bel et bien une Kala’Sha… »

Butch détourna le regard, il découvrait sa Diablesse sous un nouveau jour, il l’aimait à en coller des hauts le cœur à Pampulilu mais ces révélations le troublaient, lui qui avait combattu Brakmar avec tant d’ardeur autrefois, il ne partageait pas ces valeurs et ses sentiments furent mis à l’épreuve.

Ash’Ka fit la moue et continua ses explications en se retournant vers Agarhathel. Elle poursuivit comme si de rien était : « Dans ses écrits, Aephka se demande comment elle a pu échapper au funeste sort de sa mère… Les chasseuses ont sûrement détecté sa nature et l’ont « épargnée »… Une pierre, deux coups, tout simplement… le pragmatisme de mes défuntes soeurs... » Elle éclata de rire et redevint vite sérieuse « Si mon traître de frère ne s’était pas rebellé, ce monde n’existerait plus à l’heure actuelle, je ne sais pas comment il a pu contenir les pouvoirs de sa fille pendant si longtemps et… » La Chasseresse se tût brusquement, elle venait de percuter une chose importante et ne voulait pas trop en dire... Elle jeta un coup d’œil rapide au portrait tagué et tenta de faire diversion, cependant Agarhathel ne fut pas dupe, même si elle ne savait pas de quoi il retournait exactement, elle ne connaissait que trop bien ce regard…

« Je dois trouver Aephka, où nous sommes tous condamnés » trancha la Démone, « Je connais un ancien rituel qui permet de désamorcer le processus, s’il n’est pas trop tard, où est-elle ? »


Dernière édition par Ash'Ka le 11/10/2013, 15:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Butch

avatar

Nombre de messages : 15
Age : 41
Localisation : Quartier des bouchers, Bonta
Date d'inscription : 12/06/2013

MessageSujet: Re: Ashback   21/10/2013, 11:36

Absorbé par les chroniques d’Ash’Ka consignées dans le grimoire, Butcher ne prêtait que peu d’attention à la discussion mouvementée qui se déroulait derrière lui.

« … Je te le répète, Ash’Ka, nous n’avons plus de nouvelles d’elle depuis plusieurs mois, elle semble avoir disparu du continent » insista Agarhathel lorsque le boucher revint près d’elles pour intervenir en posant une main sur l’épaule de la Démone: « La Chef a raison, Aephka n’est plus sur le continent, la dernière fois que je l’ai rencontré, elle se dirigeait précipitamment vers le bout de la jetée du port de Madrestam. Je sortais alors de…euh… une auberge et je me suis retrouvé propriétaire d’une baraque dans la Milifutaie, d’un Dragoune baveux et intronisé comme cuistot chez les Aventuriers sans pouvoir poser la moindre question… Le temps d’un dernier bisou, la belle avait embarqué d’un bond à bord d’un navire qui venait d’appareiller… » Pensif, Butch porta d’abord deux doigts à sa joue « personne ne l’a revue depuis » puis il tapota sa tempe avec le  bout de son index avec un demi sourire « Le nom du bâtiment ? » questionna Ash’, il acquiesça d’un signe de tête « Tu ne me le donneras pas ? » devina-t-elle : « Es-tu inconscient, n’as-tu donc pas écouté ce que je vous ai raconté ? ». Le boucher croisa les bras « Bien au contraire ma chère, c’est précisément la raison pour laquelle je vais t’accompagner et m’assurer que ton rituel fonctionne », « Il est peut-être trop tard pour cela » avertit Ash’ « Mais soit, ta compagnie est la bienvenue » Elle se retourna vers Agar’ « Puis-je ? », la meneuse opina du chef et la Chasseresse disparut dans les étages.

Butch salua un par un les Aventuriers qui étaient restés bien silencieux. « Es-tu sûr de vouloir faire ce voyage seul avec elle ? » demanda Agar’ lorsque le Boucher arriva à son niveau. Celui-ci acquiesça d’un signe de tête « Méfies toi Butch, elle ne nous a pas tout dit et je sens qu’elle prépare un mauvais coup… » Elle lui glissa un petit paquet dans la poche et tapota dessus pour s’assurer qu’il était bien en place : « C’est un puissant artefact Frigostien, ne l’utilises qu’en dernier recours… Puisse Iop guider tes pas » conclut-elle en lui serrant chaleureusement la main.
« Le meilleur pour la fin » déclara Butch devant Pampulilu qu’il étreignit fort contre lui « Prends soin de toi Butchy » lui murmura-t-elle à l’oreille lorsqu’un toussotement retentit derrière eux : « Je suis prête, c’est quand tu veux Khaal ». Il lâcha Pamp’ qui fut envahie par un mauvais pressentiment : ce voyage lui semblait alors n'être qu’un aller simple vers l’inconnu…
Remettant sa coiffe ornée de dents de crocodailles, Butchy passa la porte sans un mot de plus, contrairement à Ash : « Agar’, tu devrais songer à changer la poutre maîtresse de cette bâtisse, elle me semble fragilisée… » Elle porta deux doigts au bord de sa coiffe et enquilla les pas du Boucher.

Spanghero et Cyprine filaient à tout allure à travers la jungle « Les marques sur ton portrait m’ont rappelées quelque chose » cria Butch à la Chasseresse, « Je dois te le montrer, ça peut être important, on doit faire un détour par la Milifutaie ! ».

Arrivés sur place, Butch se précipita dans la baraque, plaqua son dos contre le flanc d’une lourde armoire et la poussa de toutes ses forces. Médusée Ash’ découvrait au fur et à mesure du déplacement du meuble, dans un grincement à vriller les tympans, une nouvelle pyrogravure laissée par sa nièce sur le mur. « Come back » lu-t-elle à haute voix, les yeux étincelants. « Vas-tu me dire ce qu’il se passe exactement Élia ? », « As-tu de quoi écrire ? » répondit-elle, Butch lui montra un ancien scriban « tu trouveras ce qu’il faut la dedans ».

La Démone reportait sur un parchemin, avec précision, les formes dessinées sous l’inscription tout en se lançant dans une brève explication « Ce n’est pas Aephka qui a tracé ces formes et ces mots, pas directement en tout cas… je sais encore reconnaitre l’écriture de mon frère… » Devant l’incompréhension de son sauveur, elle poursuivit « Il s’agit… d’une ancienne méthode qui nous permettait de communiquer d’un plan à l’autre avec les Kala’Sha, en contrôlant provisoirement leur esprit… » finit Ash’ en comparant sa copie à l’original. « Ton frère est donc toujours en vie et retrouver Aephka, s’est le retrouver, lui …» déduit Butch.
« Tu es plutôt malin pour un Iop, veux-tu toujours m’aider ? » demanda Ash en roulant le parchemin avant de le ranger dans son sac.
«_ Évidemment, tout ce qui m’importe s’est de retrouver Aeph, saine et sauve »
« _ Pourquoi manifestes tu tant d’intérêt pour cette engeance ? »
« _ Dépêchons nous, nous allons manquer notre bateau » éluda Butcher en sortant de la maison.

Un zaap plus tard, la Chasseresse et le Boucher se retrouvèrent sur les quais de Madrestam et se dirigeaient vers le bout de la jetée « Hey, les filles, regardez qui passe par là !!! » entendirent-ils à leur droite « Mais c’est le Boucher ! Tu ne viens plus nous voir ? » Un peu gêné Butchy pressa le pas en agrippant Ash’Ka par le bras pour l’entrainer dans le rythme… « Bah alors mon Chou, tu ne veux pas farcir ta petite dragodinde aujourd’hui ? », « Oh oui, mes escalopes ont bien besoin de crème » enchérit une autre « Allez, viens nous faire goûter ton fameux saucisson Bontarien » supplia une troisième. « Une autre fois mesdames, j’ai… à faire… » rétorqua Butch en levant son chapeau en guise de salut. Les insultes ne tardèrent pas à fuser et Ash' tenta de se libérer pour décocher une ou deux flèches… « On n’a pas le temps Éli, le navire est là ! » trancha le Iop en entrainant plus avant Ash’Ka.

Un immense bâtiment mouillait près de la prison, son nom était gravé sur la poupe : « Le Black Bwork II »…


Dernière édition par Butch le 3/11/2013, 00:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ash'Ka

avatar

Nombre de messages : 116
Age : 101
Date d'inscription : 04/02/2008

MessageSujet: Re: Ashback   25/10/2013, 11:26

Le Black Bwork II dominait la baie, au pied de la coupée, Ash s’entretenait avec le capitaine : « Pour sûr ma p’tite Dame que je reconnais cette topographie, je connais la mer d’Asse comme le fond de mon slip ! » déclara-t-il en examinant le relevé réalisé à la Milifutaie « Il n’y a pas grand-chose la bas, c’est un petit Archipel perdu au milieu de nulle part, un port de pêche, des rizières et quelques bambous, rien qui puisse intéresser des Aventuriers aguerris comme vous » Il roula la carte et la rendit à la Chasseresse. Il tira sur sa pipe qu’il tenait avec sa main valide « … Aaah, une bonne pipe au coucher du soleil, je ne connais rien de meilleur… ». Le Boucher esquissa un sourire entendu avant de le questionner à son tour : « Est-ce la bas que vous avez débarqué, il y a quelques mois, une jeune Iopette ? Chevelure argentée, look gothique, bras tatoués… » . Le vieux loup de mer se gratta le sommet du crâne avec son crochet : « Pour sûr que je me souviens de la p’tite demoiselle, j’ai fait escale à l'Archipel pour elle mais les autochtones ne semblaient guère apprécier sa venue… ». Pressée, Ash’ le coupa : «  On doit absolument retrouver cette fille… Pouvez-vous nous conduire sur cet Archipel ? ». « Hola, doucement ma p’tite Dame, l’Archipel, ce n’est pas la porte à côté, il faut que je ravitaille le rafiot pour deux semaines de traversée… si les vents sont favorables ». « DEUX SEMAINES ???? » s’écria Ash’ impatiente « Le monde des douze n’y survivra peut être pas, quelles sont les alternatives ? », « Les Brigandins ? » demanda Butch à tout hasard. « Leur réseau ne s’étend pas jusque-là, non, vous pouvez tenter votre chance avec les Steamers, si le voyage en boite de conserve ne vous rebute pas, mais je ne garantis pas que ce sera plus rapide »… La Chasseresse observa la voilure du navire : « Si les vents nous sont favorables hein ? Alors on y sera en quelques jours… et pour le ravitaillement on a ce qu’il faut… On embarque vieil homme ! » .

Sceptique le Capitaine les fit monter à bord après les avoir soulagés d’un petit million de kamas pour ‘’frais de voyage’’.

Le BBII avait quitté la rade depuis quelques minutes lorsque la Chasseresse s’adressa au vieil homme : « Cap OK, Capitaine ? »,  « On est dans l’axe… » acquiesça-t-il toujours sceptique au sujet du plan loufoque de cette étrange Crâ cornue… « Que tout le monde s’accroche alors ! Ça va secouer ! ». Campée sur ses jambes, elle prit une grande inspiration et décrivit deux larges demi-cercles avec ses mains "DOOO...", avant de les rapprocher de sa poitrine "...FUUUUSSS..." et de les projeter en avant en direction de la voilure «...RAAAAAAH !! » cria-t-elle : Les voiles se gonflèrent violemment, le mat craqua mais ne céda pas et les milliers de pods du bâtiment furent emporter comme un fétu de paille dans une tempête, seuls le gouvernail et la quille touchaient encore l’eau, Butch apporta son aide au capitaine pour tenir la barre « YOUHOUUUUUUUUUUUUUUU !!!! » s’écrièrent-ils en chœur, le vieu loup de mer n’en croyait pas son œil…

En quelques ''DO-FUS-RAH'', l’Archipel fut atteint en moins de trois jours … Le Capitaine, bluffé, tendit à Butch la bourse de kamas sensée couvrir les frais de voyage : « Vous avez gagné votre pari, sans une seule égratignure sur la coque… Bravo les jeunes !... ». Avant de quitter le pont, Ash’ questionna une dernière fois le Pacha : « En parlant d’égratignures, au sujet de la fugitive que nous recherchons… » Butch grimaça… « A-t-elle fait des dégâts à bord ? Des inscriptions étranges sur le mur de sa cabine ou ailleurs ? ». Le capitaine secoua la tête « Non, je n’ai rien vu de particulier, j’ai eu juste des problèmes avec l’URSSAF, la donzelle a été tellement malade durant la traversée, elle a tellement gerbé par-dessus le bastingage à la poupe qu’elle a couvert le B de ‘’Bwork’’, tout mon équipage a fait l’objet d’un contrôle par l’état Amaknéen à notre retour… Enfin, je n’avais rien à me reprocher » Sans rien comprendre, Ash’ toucha le bord de sa coiffe avant de sauter sur le quai. « Une sacrée compagne que vous avez là mon ami » dit-il au Boucher en lui tapotant l’épaule du bout de son crochet, Butch détourna la conversation : « Dites, Capitaine, je suis curieux, vous avez été sacrément amoché, c’est quoi l’histoire ? Vétéran de guerre ? » . Le vieux fit tinter le métal de son crochet en tapotant dessus avec ses ongles « Si on veut mon ami, un abordage au large d’Amakna, j’étais un moussaillon à l’époque, je suis tombé sur un barjot qui pensait être mon père… Il m’a désarmé en me tranchant la main… Sale histoire… » « Et pour l’œil ? » « Oh, l’œil, c’est un gélikan qui m’a fait ça » il leva son bandeau pour découvrir un orbite vide, Butchy eu un haut le cœur… « Un coup de bec je suppose ? » « Non, une fiente… l'alcool aidant, j’avais oublié que je portais cette foutue prothèse… » Il fit retinter le métal en éclatant de rire « Allez le jeunot, la Dame t’attend, je reste à quai deux jours, le temps de ravitailler, j’espère que vous trouverez votre fugitive avant, l’île n’est pas très grande ça devrait le faire… Bonne chance à vous ! »

Butch rejoignit Ash’Ka qui avait déjà commencé à questionner les insulaires…


Dernière édition par Ash'Ka le 30/10/2013, 15:07, édité 8 fois (Raison : corrections diverses et variées)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pampulilu

avatar

Nombre de messages : 659
Age : 35
Localisation : entre la vie et la mort en quête de mystère
Date d'inscription : 21/08/2007

MessageSujet: Re: Ashback   25/10/2013, 18:35

Depuis le retour d'Ash'Ka dans le paysage Douzien, Pampu ne comprenait ce qu'il se passait. Quand elle avait revu la chasseresse elle n'avait pu parler, elle se souvient du son de la voix Butch mêlé à un bruit assourdissant et paralysant
Butch a écrit:
« Je vous présente donc ma future épouse, Elia… »
Puis elle était restée bouche bée, incapable de se mouvoir. Pétrifiée elle n'avait pu quitter la crâ du regard.

Ash'Ka a écrit:
La réponse ne se fit pas attendre, la flèche décochée claqua contre le portrait et fit voler le Iop à l’autre bout de la pièce… « T’es dingue !! »
Ce moment d'action lui avait fait reprendre ses esprits. Certaines choses ne changent jamais. Alors Pampu avait levé les yeux au plafond.

Ce soir là, elle avait quitté l'Antre des Aventuriers, elle avait besoin de recul, de comprendre tout ceci. Pampu avait besoin de voir du pays, de repartir à l'Aventure. Cette nuit là une fois l'agitation apaisée, elle avait informé Agar de sa décision. Elle n'avait pas demandé d'aide ni d'avis, elle avait décidé de repartir à l'Aventure, seule, c'était un besoin viscéral à la fois pour comprendre ce qui se passait et pour se sentir libre. Après avoir préparé son baluchon et attelé Pampumobile, elle s'était éclipsé dans la nuit, la chevelure rose au vent.

Cela faisait bien trop longtemps qu'elle n'avait pas chevauché ainsi, toute une nuit juste en quête d'Aventure et de défi. Désormais ces journées étaient faites de rencontres avec des jolies jeunes femmes personnes très...sympathiques, ses nuits consacrées au combat....

Cette nuit là, alors qu'elle s'évertuait à bourriner tous les dragoeufs passant à sa portée, elle fît une petite pause pour permettre à son dindon de se reposer. Elle en profita pour se faire un casse'douicth. Puis elle repensa à Ash'Ka et à sa propre fuite.
Pourquoi Ash' la troublait tant ? Pourquoi tant de sentiments contraires envahissaient son cœur et son esprit  quand elle la voyait? Elle s'obligea à comprendre, à chercher la raison de tout ceci.

Pampu fît claquer une ronce un peu agressive sur un dragoeuf qui intéressé par le casse'douitch, s'était ramené un peu trop près d'elle. Repensant aux nouvelles rencontres qu'elle avait fait récemment, en particulier une jolie sacrieuse qui physiquement lui rappelait énormément sa première femme, Betra : le déclic. « Betra... » ce nom s'était échappé tout seul de ses lèvres.

Envahis de larmes venus du fin fond des abîmes intergalactiques des sentiments, les yeux de Pampu s'embuèrent. « Putain c'est ça » se dit-elle. « Ash'Ka, a le même caractère de merde que Betra. Tantôt douce, aimante et drôle (voire serviable), tantôt vile traîtresse et connasse finie » lâcha-t-elle à Pampumobile qui mangeait tranquillement des goujons (et s'en foutait un peu). Elle repensa à Ash' et Betra, à leur caractères instables, extrêmes et passionnés. Alors Pampu se leva, rangea les goujons dans la besace spéciale et sauta en selle. « Allez Hue dindon, ils vont bientôt s'barrer, si c'n'est d'jà fait, on a pas l'temps d'glander », Pampumobile fort désappointée par l'action précédente se mit tout de même au galop en direction du port de Madrestam.
Les paysages filaient à toute allure, les champs des Ingalsses furent passées rapidement, Pampu tourna tout de même la tête quand elle cru apercevoir une horde de roses obscures. « Tiens, c'est pour Darka ça » se dit-elle.
Elle continua de chevaucher, ne sachant pas trop ce qu'elle ferait une fois les deux compères devant elle.

Elle arriva au port, l’agitation habituelle sur les docks. Arrivant par le sud elle demanda à Guedin Loursgro si il avait vu passé un iop et une crâ, plutôt motivés et remontés. Il lui répondit que non mais qu'il avait entendu un peu de grabuge vers la prison. Elle remercia ce pandawa bien aimable et se dirigea vers la prison, en passant devant Lily et lui cria « OUI OUI je pense aux Wabbits, mozeur fockeur».

Arrivée dans ce quartier chaud spécial du port elle se fit haranguer. « Oh oh Pam-pu-li-lu, ça faisait longtemps qu'on n't'avait pas vu traîner ici », Pampu se tourna vers la « Dame » qui lui parlait.
« Héhé Salut ma belle. Je sais, j'avais arrêté de déambuler dans les tavernes jusqu'à pas d'heure et de vous amenez mes amis mâles... » répondit la sadidette en esquissant un sourire. « Jeanne je suis à la recherche de quelqu'un, un iop costaud, nigault un peu boucher, il a dû traîner dans l'coin. Il s'appelle Butch', récemment il a dû passer avec une crâ, pas forcement aimable. Les as-tu vu ? » demanda-t-elle à la  Dame.
« Mais si qu'il est passé par là un peu plus tôt, mais il a rien consommé, il était avec une pimbêche cornue, il sont partis vers le Black Bwork II » lui répondit-elle « Si tu veux mon avis ma belle, elle est frigide celle là » ajouta-t-elle.
Pampu remercia Jean Bécu pour ses précieuses informations et se dirigea vers le mouillage du Black Bwork II . En se dirigeant vers la jetée elle repensa à ce que lui avait dit Jeanne
Jeanne Bécu a écrit:
« Si tu veux mon avis ma belle, elle est frigide celle là »
« Ahah j'ne crois pas, non, je n'crois pas » lâcha Pampu à voix haute.

Elle arriva enfin à destination, Pampu aperçut alors les deux compères sur le pont du navire, ni fameux, ni trois mâts ni fin comme un oiseau... Au moment où elle s’apprêtait à hurler le nom de ses « amis » une énorme bourrasque la souffla, les cheveux projetés en arrière elle assista impuissante au départ du navire.
Pendant quelques minutes, bouche bée, elle l'observa s'éloigner. Pampumobile gigotait sur place. Pampu eût un léger sourire triste et conclut « Trop tard, évidemment ».
Elle repartit tranquillement en caressant le cou du dindon. Pampu se retourna une dernière fois pour regarder l'horizon maritime. « J'espère vous revoir mes amis, je l'espère sincèrement », puis la Flèche rose repartit à l'Aventure. Elle se dirigea vers l'île d'Otomai, des gens l'attendaient dans le village de la Canopée...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Butch

avatar

Nombre de messages : 15
Age : 41
Localisation : Quartier des bouchers, Bonta
Date d'inscription : 12/06/2013

MessageSujet: Re: Ashback   28/10/2013, 00:22

Au détour d’un empilement de nasses dont l’odeur lui rappelait Demi, Butch se rendit compte qu’Ash'Ka lui avait faussé compagnie… Les pêcheurs à qui elle parlait deux secondes auparavant retournaient à la réparation de leur filet. « Elia ?! » appela-t-il sans vraiment espérer une réponse… Il tourna la tête à gauche à droite, derrière lui, devant lui, il tourna sur lui-même à l’affut d’une paire de cornes, rien… Il se précipita alors vers les deux pêcheurs affairés « Messieurs, savez-vous où est passée mon équipière ? » en posant les pouces sur son front, auriculaires en l’air pour donner une description rapide… « Elle est partie vers la maison de la sorcière » répondit l’un des deux en désignant un chemin qui se faufilait entre les habitations «  Ce lieu est maudit !» répondit le second en crachant par terre « Vous ne devriez pas vous en approcher »… « Merci du  conseil, je ferai attention l'ami » lâcha Butch avant de courir dans la direction indiquée.

La piste était jalonnée de marques de brûlures, d’arbres calcinés et de roches fondues « Bon sang, Aephka… Faites qu’il ne soit pas trop tard » murmura-t-il avant d’entendre, au détour d’une butte, des hurlements familiers en provenance de la fameuse maison dont l’aspect ne dénotait avec la nature environnante, il regretta alors d’avoir laissé Spanghero sur le continent et il courut à perdre haleine. Hache à la main, il pénétra dans la pièce principale après avoir fait voler en éclats la porte d’entrée… Ash’Ka était là, en pleine crise de démence : « MERDE !!! IL N’Y A PERSONNE » hurlait-elle à tue-tête entre autres phrases incompréhensibles, déchaînée elle renversait le peu de meubles qui avait survécu à l’incendie « Eli, Eli, calme toi, ça ne sert à rien de te mettre dans cet état… » essayait de tempérer le Boucher qui, impuissant, n’eut d’autre choix que d’attraper la Démone par le col pour lui administrer, au péril de sa vie, une magistrale gifle …

Contre toute attente, le coup eut l’effet escompté et Ash se laissa glisser par terre, adossée au mur, une main sur sa joue endolorie. « Je suis navré Eli, écoutes, tu as besoin de repos, tu n’as pas fermé l’œil depuis que nous sommes partis de Madrestam, tu es à bout de forces, à bout de nerfs, je… j’ai vu une auberge sur le port, on reviendra demain quand il fera jour, on cherchera des indices, des signes… ». Calmée, la Démone acquiesça et attrapa la main que lui tendait Butch lorsqu’ils entendirent un gémissement provenant de l’arrière-cour. Le Boucher revit à ce moment le vrai visage d’Ash’Ka, celui qu’il avait entre-aperçu lors de l’épisode du portrait chez les Aventuriers, un regard reptilien, un regard effrayant, un regard de… prédatrice. D’un bond, elle se retrouva dans l’encadrement de la porte qui donnait dans l’arrière-cour. D’étranges dagues qui luisaient d’une aura maléfique étaient apparues dans ses mains, ramassée sur elle-même, Ash’ guettait un nouveau gémissement pour attaquer… « Là !! » d’un nouveau bond elle se jeta farouchement sur sa proie tapie dans la pénombre, prête à y enfoncer ses lames mortelles… Elle passa cependant au-dessus de sa cible, poussée par un souffle de Butcher qui se précipita dans la cour. Hargneuse Ash’ se retourna « Ne refais jamais ça !! » lui cracha-t-elle au visage « T’es complètement barrée Ash’Ka » lui répondit Butch, écœuré, « Bordel de pompe à nouilles, ce n’est qu’un pauvre Dragoune !! À quoi ça t’aurait servi de le tuer ? » Ash posa les yeux sur l’animal apeuré et famélique. Elle fit la moue et rangea ses dagues dans leurs fourreaux, dissimulés au niveau des reins sous sa cape.

« Attends mon gros, je dois avoir un truc pour toi dans mon sac, tiens, voilà ! » lorsque l’animal leva la tête, Butch eu un coup au cœur, le Dragoune qui ne quittait pas des yeux le bworky éviscéré qui lui été présenté avait les babines couvertes de bave « Mushu ??! » s’étonna-t-il « Qu’est-ce que tu fais là ?? ». « Tu connais cette bestiole Khaal ? » demanda Ash’ « C’est… Mushu, c’est le Dragoune d’Aephka, elle me l’avait confié et… » Le Iop avait l’air un peu confus « … il s’est échappé au bout de quelques jours, je ne l’ai jamais retrouvé malgré les affichettes que j’avais placardées partout en ville… bah merde alors… Il a fait tout ce voyage pour retrouver sa maîtresse… » Butch tapota la tête de la bestiole « Tu es un bon familier toi ». Il s’assit à côté de lui et le regarda dévorer son repas.

« Aeph est bien venue ici » déclara-t-il, pensif… « Oui… » répondit Ash’, évasive : elle examinait le lieu où l’animal était tapi tantôt, poussant du pied les mauvaises herbes qui avaient repris le contrôle du potager. Ses yeux brillèrent soudain, tentant de masquer son excitation, elle reprit une expression neutre avant de déclarer : « Je suis exténuée, tu as raison Butch, allons-nous reposer, nous reprendrons nos investigations demain à la première heure » … « Tu deviens enfin raisonnable » répondit le Boucher qui jetait un coup d’œil aux deux croix plantées au fond de la cour « Surement la famille », déclara-t-il tristement, « Allons-y…  »

Ash’Ka poussa sur le côté son assiette dont elle avait à peine touché le contenu « Tu n’en veux plus ? » s’inquiéta Butch, elle répondit d’un signe négatif de tête « Tu permets ? » Le boucher s’en saisit et l’engloutit aussi vite que la sienne « Je n’aime pas le gâchis » déclara-t-il en regardant la Chasseresse qui était restée bien silencieuse depuis le retour de la maison, l’ambiance était pesante... Il jeta alors un œil à Mushu qui ronflait sur ses pieds, sous la table... Lorsqu’il réapparut, Ash’ avait une de ses horribles dagues en main et commençait à graver minutieusement un pentacle sur la table « Putain, Ash’ qu’est-ce que tu fous ?? » murmura le Boucher pour éviter d’attirer l’attention des autres clients. Pour toute réponse, la Démone planta jusqu’à la garde son arme dans le bois, comme dans du beurre, au niveau d’une des pointes du signe ésotérique. La mâchoire serrée, Butch la regardait faire… La deuxième dague, ornée d’une mèche de cheveux roses, rejoignit la première sur la pointe adjacente. La Démone ôta ensuite de son doigt un étrange anneau qu’elle déposa au milieu du pentacle puis elle posa ses mains de part et d’autre et psalmodia quelques litanies dans sa langue natale.

« Ta quête te perdra Elia Ash’Ka Stormbringer » lui dit doucement Butch « J’ai été à ta place autrefois… Je sais ce que tu ressens et quand tu atteindras ton but, tout partira en morceaux…  » La Démone leva des yeux interrogateurs tout en continuant ses litanies… « Tu me demandais pourquoi je manifestais tant d’intérêt pour ta nièce… » Butch rassembla ses idées et poursuivit « Cette guerre à laquelle tu as participé dans mon monde, cette guerre opposant Bontariens et Brakmariens a fait d’innombrables victimes, parmi elle, ma grande sœur, sauvagement violée et assassinée sous mes yeux par un de ces salopards de Brakmarien, il m’a obligé à regarder, enchainé… » Il tressaillit « J’ai été épargné, je ne sais pas pour quelle raison. Plus tard, je me suis engagé dans l’armée Bontarienne, j’ai fait mes classes, mes armes, avec une idée fixe : être assez fort pour venger ma sœur… j’ai tout focalisé la dessus, une véritable obsession, je ne vivais plus que pour ça, son visage était incrusté dans mes pensées, ses actes odieux… Puis vint le jour où je le revis sur le champ de bataille, à Pandala… Ce jour-là je suis tombé dessus et je l’ai entraîné à l’écart dans une hutte... Je l’ai découpé petit bout par petit bout en commençant par les extrémités afin de le maintenir en vie le plus longtemps possible, le faire souffrir, le torturer comme je me l'étais tant imaginé… » Ash’Ka lui sourit mais le visage de Butch n'exprimait que du dégoût « Son cœur finit par lâcher… j’aurais dû alors me sentir soulagé, libéré, heureux d’avoir accompli ma mission, mais j’étais devenu le même monstre qui était débité devant moi, ma vie est devenue vide de sens et ma sœur ne m’a pas été rendu. Je n’avais plus la force de me battre et j’ai fini ma carrière militaire en tant que cuistot au mess Bontarien, je fus surnommé ‘le Boucher’ mais j’étais un Iop à la dérive, alcoolique… Ma vie n’avait plus de sens jusqu’à... jusqu'à ce que je la croise au marché de Bonta… » Butch sourit en fermant les yeux, laissant échapper une larme « Un Ange gothique à la chevelure argentée… le portrait craché de ma sœur… Entrain de vendre des fleurs… Elle m’en a offert une et je… » Ash’Ka le coupa net: « Tu es un sentimentaliste, tu es un faible, je ne suis pas comme toi » Elle regardait fixement la mèche rose nouée à l’une de ses dagues, Butch lui porta un regard noir « J’ai fait un serment, sais-tu ce que c’est ? Moi aussi j’ai perdu des sœurs, Lia’Xan était l’une d’entre elles, avant qu’elle n’expire, je lui ai juré de ramener la tête du renégat, celui pour qui tu sembles avoir tant de sympathie, il était comme moi avant, un chasseur, un tueur ! Et j’accomplirai ma mission coûte que coûte, par n’importe quel moyen ! » Dépité Butch secoua la tête et regarda l’œuvre de la Démone : les dagues avaient perdu leur aura et l’une des pierres incrustées dans l’anneau brillait d’une pâle lueur. « Une seule charge » déplora la Démone « j’espérais plus, j’espère que cela sera suffisant… » Butch, retourné par ses révélations, ne chercha même pas à comprendre ce qui venait de se passer sous ses yeux « Je vais me coucher, à demain » dit-il froidement. Ash’Ka ne prit pas la peine de répondre.

Butch fut réveillé en sursaut, le sol tremblait et plusieurs éclairs zébrèrent la nuit étoilée dans un vacarme assourdissant « Qu’est-ce qu’il se passe encore ? ». Par la fenêtre il vit une immense colonne de lumière tomber derrière la butte « Ash’Ka ! »... Mushu n’était plus dans son panier… « La Garce !! » il sauta dans ses bottes et se précipita vers l’ancienne demeure d’Aephka…

Arrivé sur place, la colonne prenait pied à l’endroit où se tenait le Dragoune quelques heures plus tôt… des signes ésotériques fluorescents couvraient le sol tout autour d’une sorte de puits « Un portail » pensa à juste titre Butch « ...L’anneau… je suis trop con, elle a ouvert un portail, grrrr… pas le choix, il faut que je saute… ». A plat ventre, près du trou, Butch essayait d’évaluer la hauteur à laquelle il se situait lorsque son regard se posa sur deux magnifiques jeunes femmes allongées et entièrement dénudées… Elles étaient entrain de s’embrasser, de se caresser, de se donner du plaisir lorsqu’elles aperçurent le mateur. « Viens » supplia l’une d’elle en lui faisant signe de la main, « Oui, viens, tu ne le regretteras pas » déclara l’autre en écartant les cuisses. Butch déglutit et se redressa, il réfléchit à un moyen de descendre dans le trou sans se briser une jambe lorsqu’une main l’attrapa par la cheville et l’entraina dans ce monde inconnu.

Le portail se referma en faisant un son familier « BOUTCH ! » puis le silence régna de nouveau dans le petit potager de la maison incendiée…


Dernière édition par Butch le 29/10/2013, 09:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kadenna

avatar

Nombre de messages : 56
Age : 24
Localisation : Quand ce n'est pas dans une taverne, c'est dans un tonneau
Date d'inscription : 21/01/2009

MessageSujet: Re: Ashback   28/10/2013, 16:00

Madrestam a toujours été un endroit très prisé du monde des douze. Pour l'ambiance de son port évidemment où les bateaux partent par dizaines, tous remplis de cœurs en quête d'aventure, ou de quelques kamas à dérober... Mais Madrestam, c'est aussi les tavernes, le quartier rouge, partie chaude de la ville où les bières et les larmes se mêlent. Et si il y a un endroit en Amakna où pouvait se situer Darkadenna lorsqu'une réunion importante avait lieu à la tour, c'est bien dans ce quartier-ci.


Parfois, lorsque le temps est très nuageux, certains rayons de soleils arrivent à se frayer un chemin dans l'épaisse couche de coton blanc. Et après avoir fait un parcours entre les arbres, les véhicules brigandins, et la faune volatile, parviennent aux fenêtres de certains lieux. Pour peu que celles-ci ne soient pas couvertes de rideaux, ces rayons peuvent rentrer dans la pièce, et faire profiter le lieu de bonne humeur. C'était sans doute là le plaisir du soleil ; distribuer du bonheur.

« Putain d'merde... » Un pandawa se réveillant après une cuite est comparable à celui s'étant déplacé au cimetière pour un enterrement ; ils ont tous les deux perdus un bout d'eux mêmes, et rien dans le monde ne les enchante avant un temps.
Surtout dans une cuite comme celle-là.
Il avait le soleil dans la gueule, celui-ci avait réussi à passer malgré tous les obstacles, le rideau étant juste assez ouvert pour laisser passer un rayon éclatant les yeux du pandawa endormi.
Il fit le tour de la pièce du regard, et vu des restes de chanvres entre les bouteilles et choppes de bières. Regarda au bout du lit, et conclut que ce n'était pas une présence féminine avec qui il avait passé la nuit cette fois. Après tout, si les souvenirs ne sont plus là, c'est comme si ce n'était jamais arrivé.
L'espoir Poilu consulta son calendrier rapidement, il n'avait aucune idée de l'heure qu'il était, mais il savait qu'il était en retard. Réveil précipité donc. Et c'est lorsqu'il se leva rapidement qu'il le sentit.
Cette douleur au niveau du bas du dos. Sacrée nuit.

« Putain d'méryde de Fredocigam » Le langage châtié au réveil, une tradition.
Il sortit à toute vitesse de la taverne, son sac avec lui. Il avait du mal à descendre les escaliers, avec ses collants, sa jupe, son soutien gorge, et la perruque qu'il devait maintenir en place. Quoiqu'il s'était passé cette nuit, ça avait du être incroyable. Enfin sorti du bâtiment, il entendu ses connaissances d'un soir l'appeler :
« Bah alors mon Chou, tu ne veux pas farcir ta petite dragodinde aujourd’hui ? ». C'est pas ce qu'il entendait d'habitude, d'ordinaire ça tournait d'avantage autour de jeux de mots avec la mousse et tout ça. Alors à qui s'adressaient-elles ? Darkadenna tourna la tête et vit Butcher. Il tombait bien lui, un fin cuistot, et dans son état, Darkadenna avait assez faim ! S'alliant aux dames il réclama :
« Allez, viens nous faire goûter ton fameux saucisson Bontarien !
-Une autre fois mesdames, j’ai… à faire…
-De quoi? »
Ce salaud s'était fait la malle, en même temps il avait l'air d'être plutôt bien accompagné. Mais qu'est-ce qu'il foutait là si la réunion était censée avoir lieu aujourd’hui? Le reste d'instinct animal que le pandawa avait lui appris qu'il y avait quelque chose de louche. Il siffla Pampinde, bourra une pipe et s'apprêta à partir, quand il vu une autre aventurière passer dans la rue où était justement passer Butch. Pampulilu. Mais qu'est-ce qui se passait aujourd'hui ?
Il sentit Pampinde se tendre, signalant l'arrivé d'un gaz prochainement. Un énorme vent manqua de renverser le pandawa de sa monture, il vit un bateau sortir du port à une vitesse hallucinante... Le « Youhouuuuu » entendu au loin lui confirma que ce n'était pas l'oeuvre de la dinde.

La journée commençait de manière sportive. Il revit Pampulilu partir dans l'autre sens, l'air dépitée. « Mmh. » Il n'allait pas l'interrompre, mais plutôt foncer à la tour, demander à la meneuse, si celle-ci y était encore présente, un résumé. Cette histoire était louche. Un sentiment de malaise avait pris part.


Ce sentiment ne sera confirmé que la nuit suivante, lorsqu'une colonne de lumière traversera le ciel en touchant l'horizon...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Butch

avatar

Nombre de messages : 15
Age : 41
Localisation : Quartier des bouchers, Bonta
Date d'inscription : 12/06/2013

MessageSujet: Re: Ashback   29/10/2013, 11:36

Allongé torse nu sur une formation rocheuse, Butch s’était laissé entraîner dans le jeu érotique des deux jeunes femmes, il était envoûté par leur charme… Les deux femmes tournaient autour de lui en effleurant sa peau du bout des doigts, elle semblait jouer aux chaises musicales : l’une d’elles passa soudain sa jambe par-dessus lui, sans rien cacher de son anatomie et vint poser ses fesses sur l’abdomen de Butchy qui était aux anges. Tandis que la langue de sa ''cavalière'' lui léchait les amygdales il sentit son caleçon glisser le long de ses cuisses « MMmmmh, quel morceau de choix… Ma sœur, j’espère que tu m’en laisseras un peu… c’est une bien belle prise que nous avons fait là… » Ces mots résonnèrent dans la tête du boucher et le mirent en alerte, il rouvrit les yeux pour s’apercevoir de la nature démoniaque de sa partenaire : elle avait déployé deux immenses ailes membraneuses et glissait doucement vers son sexe « Non ! » s’écria le Iop… Il ramena ses deux jambes et planta d’un coup sec ses talons dans la face de la créature qui se tenait encore à ses pieds. Sonnée, le nez brisé, elle tituba en arrière en poussant des cris stridents. « Ohhhh, je vois, tu aimes quand c’est ''punchy'' ? » demanda sa partenaire qui prenait visiblement beaucoup de plaisir « moi aussi ! » déclara-t-elle en lui griffant le torse, le Boucher tenta de se dégager mais la créature fit preuve d’une force incroyable ; après avoir bloqué les poignets de sa proie contre la roche, elle se lança dans un rodéo endiablé…

Au bord de l’orgasme, la créature questionna : « Alors, ça te plait ? T’accoupler avec une… » « saloperie de succube ! »  termina une voix familière à l’autre bout de la caverne...

Secoué de spasmes le succube s’effondra sur Butch, un trait empenné fiché dans la tête. Un second sifflement suivi d’un bruit mat acheva l’autre en lui éclatant la tête contre la paroi. « Espèce de crétin, pourquoi m’as-tu suivi ? » réprimanda La Chasseresse. Butch fit rouler le corps de la créature sur le côté, s’assit sur la couche et reprit ses esprits en regardant Ash’Ka. « Nous sommes quittes maintenant » déclara-t-elle en désignant les deux succubes.  « Nous avions un deal Ash’ » répondit finalement le Boucher « Et ça fait deux fois que tu essayes de te défiler… Pourquoi ne m’as-tu pas attendu ? Nous formons une équipe ! Je ne te lâcherai pas tant qu’on n’aura pas trouvé Aephka ! Mets-toi bien ça dans le crâne » . « Ce monde n’est pas fait pour toi Khaal ! Regardes donc, à peine arrivé, déjà dans le pétrin… » essaya de se justifier la Démone. « Je ne suis pas dupe Ash’Ka, pour quelle raison es-tu venue me secourir ? ». « Je t’en devais une et… » elle tira sur une laisse pour amener devant elle Mushu « … j’ai besoin de toi, ce… Dragoune… ne retrouve pas la trace de sa maîtresse, ça fait deux heures qu’il me fait tourner en rond, je pense que tu en tireras plus que moi… ». « Coûte que coûte, par n’importe quels moyens, hein ? » reprit le Iop ironiquement, Ash’Ka esquissa un demi sourire et pu apprécier le physique de Butch qui s’était levé pour ramasser son caleçon imprimé de petites cawottes et de têtes de wabbits…

Un peu plus tard, Butcher fit renifler à Mushu le badge des Aventuriers qu’Aephka lui avait remis lors de sa rapide intronisation: « Allez mon gros, cherches Aephka, cherches ta maîtresse ! Tu auras un autre bworky bien juteux ! ». Le familier fit battre ses petites ailes tourna en rond en reniflant le sol et fila à toute allure sur une piste « C’est parti ! » dit-il à Ash’Ka qui arborait un regard sombre…

Au bout de longues heures de marche, sans trop de rixes avec les farouches créatures peuplant ces lieux dont les décors subjuguaient à chaque instant le Bontarien, Mushu avait guidé les deux compagnons devant un ancien temple en ruine, un temple dédié à Lolth selon les explications de La Chasseresse. Elle attrapa le bras du Iop pour lui montrer une lueur vacillante qui se reflétait sur le fronton du temple « Du feu ! » murmura-t-elle « Oui et alors ? » s’enquit Butch « Le feu n’est pas vraiment naturel dans ce monde… On se sert de roches phosphorescentes ici, c’est moins agressif pour les yeux… Il est là, j’en suis certaine ! ». Excitée, elle tira ses dagues désormais inertes, monta furtivement les escaliers et se fondit dans l’ombre d’une colonne… le Iop la talonna un peu plus bruyamment et eut une approche carrément plus directe en découvrant l’origine de la lumière.

Devant lui, allongée sur un autel éclairé par un simple cierge consumé au deux tiers, le corps sans vie d’Aephka reposait en paix…


Dernière édition par Butch le 30/10/2013, 19:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pampulilu

avatar

Nombre de messages : 659
Age : 35
Localisation : entre la vie et la mort en quête de mystère
Date d'inscription : 21/08/2007

MessageSujet: Re: Ashback   30/10/2013, 05:21

Le navire avait disparu de l’horizon, du moins Pampulilu n'était plus capable de le voir.  Elle talonna le flanc de Pampumobile pour rejoindre le zaap de la Canopée. Elle repassa néanmoins par le port pour y saluer de vieilles connaissances. Madrestam, ces bars, ces bateau et ses pouliches... du folklore.

Elle avançait à travers la foule de Dames, la hauteur procurée par Pampumobile lui permettait d'apercevoir la foule. D’ailleurs elle crût apercevoir Buloc au loin, elle le savait habitué de l'endroit. Continuant à arpenter la foule, à moitié dans ses songes elle tiqua après être passée près  une Dame Pandawette, très spéciale. « tain on aurait Darka avec une vieille perruque pourrave » se dit-elle. Elle finit par se retrouver près de Jeanne qui parlait affaire avec un client. Préparant une petite ronce apaisante prête à partir au premiers signes de problèmes. Jeanne donna un carte au Crâ, qui reparti tout sourire.
« Tu as l'coup, ma belle »
« Que veux-tu je suis une commerçante, hélas tu ne m'achètes jamais rien » répondit Jeanne avec un sourire en direction de Pampu.
« Héhé, c'est que tu n'es pas encore suffisamment bonne » rétorqua Pampu.
« Je n'aime pas passer là où tout l'monde passe »  continua-t-elle et montrant le Crâ s 'éloignant du menton.
Jeanne qui savait la joute verbale perdue d'avance enchaîna « Tu as trouvé ce que tu cherchais ? »
« Si on veut, je suis arrivée trop tard, mais je n'suis pas sûre que ça aurait changé grand chose » répondit-elle la voix atone.
Jeanne attrapa pampu par les brassards et la fit descendre de monture. « Viens je t'offre un kah-fait »
La sadidette était faible face aux jeunes et jolies femmes et face au kah-fait, comment, alors résister à cette proposition.

Elle attacha solidement les rennes de Pampumobile dans l'anneau prévu à cet effet et lui mis des goujons. « Je ne serais pas longue »
Elle entra dans la petite demeure de Jeanne.
C'était une petite maisonnette, à la base conçue pour une famille de pécheurs apparemment. Il y avait une chambre décorée avec goût, une petite cuisine attenante à une salle à manger assez épurée.  Au fond devait de toute évidence, se situer la salle de bain. Elle regarda Jeanne faire le kah-fait.
Jeanne est une fécatte, ayant environ l'âge de Pampu, peut-être un peu plus jeune. Un corps athlétique mis merveilleusement en valeur par une robe longue gris poudré. Une longue tresse liait ses cheveux vert d'eau, Jeanne possède d'incroyables yeux jaunes or.
« Tu l'veux comment ? » demanda Jeanne.
« Hein » répondit une Pampu sortant de sa rêverie.
« Euh je le prends corsé ».
Jeanne sourit et servi deux tasses.
« Assied toi, je t'en prie »
« Sympa chez toi » dit Pampu en continuant d'observer autour d'elle.
« Je te le redis, tu es la bienvenue ici, quand bon te semble »
Pampu se perdit dans la regard doré de la Fécatte.
« Je ne suis pas intéressée, désolée » dit elle en portant la tasse à ses lèvres.
« Tu préfères la Crâtte de tout à l'heure ? A moins que ce soit ce Iop ? »
Pampu cessa sa dégustation
« Ni l'un, ni l'autre, ce sont des amis, rien de plus » Pampu pris un petit gâteau déposé une une assiette au centre la table.
« Même pas  par la Cra cornue, elle est ton genre pourtant » insista Jeanne
« 'Sont bons tes gâteau, pourquoi tu n'as pas repris l'affaire familiale ? Une boulangerie ça serait cool. Un autre type de miches quoi » dit Pampu en guide de réponse.

La Fécatte sourit et répondit « Je vois que tu sais toujours aussi habilement éluder les questions personnelles. »
« T'as vu ça. Bon ok pas de boulangerie, mais pourquoi le port de Madrestam ? Tu pourrais être une courtisane, en tout cas pratiquer ton art dans une région plus « glorieuse »! Pourquoi restes-tu ici ? » questionna Pampu en approchant la tasse de ses lèvres.

« C'est un point stratégique, un point de passage pas seulement de marins sans le sous ou de clodos désœuvrés » Elle bu une gorgée de l'ébène breuvage., puis reprit. Elle avait un port de tête, une présence envoûtante et un regard féerique.
« Le Crâ de tout à l'heure, c'est un haut dignitaire Brakmarien envoyé en mission sur l'ile de la couronne, il doit passer ici 3 fois par semaine . »
Pampu écoutait attentivement son amie parler.
« Oui ou encore ton ami Buloc, c'est un beau garçon, propre, bien élevé, riche et doux ! Alors ne te fais pas d'soucis je sélectionne ma clientèle  et je suis bien plus tranquille et libre ici que dans une de ces grandes cités»
Pampu sourit, rassurée et continua de boire son kah-fait.
« A moi de te poser une question » lança Jeanne.
Pampu releva la tête « Tu as le droit à une question, réfléchit bien »
« Les marques sur tes joues d'où viennent-elle » demanda Jeanne. La question était concise, nette, tranchante à tel point qu'elle décontenança Pampu.
« Euh..euh... Tu les as remarqué ? » dit Pampu en posant sa tasse sur la table.
« Je... je ne me rappelle plus quand elle sont apparues. Avant elles étaient juste faibles, sur ma peau elles ne se remarquaient pas.  Comment as-tu vu, je les cache avec mes cheveux » l'interrogea la sadidette.
« Je suis une professionnelle de l'observation et je te connais bien » dit en souriant la fécatte.
« Héhé je l'oubliais presque, Ma dame. Pour les marques, elles forment comme une sorte de tatouage un peu plus visible depuis quelques temps. Je devrais aller voir qui tu sais, pour en savoir plus »
« Tu devrais en effet, elles rendent bien, mais sont étranges »dit-elle, Puis la fécatte pris une morceau de papier et commença à griffonner.
Pampu, elle continua à boulotter les petits gâteaux en se resservant du divin breuvage.
Elle sorti à son tour une petit tube et un morceau de papier pour écrire un mot.

« Yo Toto, j'ai des questions, il faut qu'on en parle. Envoie un tofu quand tu es dispo. Bisous Pampu.
PS : Kissou à ta Grand-mère »
« Tu as un Tofu Colle et Simon , pour envoyer une misive dard dard ? » demanda Pampu
Jeanne lui montra un cage remplie de bestiole jaunes et piaillantes. « Sers-toi ma belle ».
Pampu lâcha le tofu équipé du petit tube. « Pour Otomai, sommet de l'Arbre Hakam »
Le tofu parti dans un tourbillon de poussière.
Pampu sorti à son tour de la maisonnette suivie de près par Jeanne.
« Je dois y aller, je suis attendue » lança Pampu
« Une sacrieuse ou une Crâtte ? » demanda en souriant Jeanne.
Le visage de Pampu passa à un marron plus sombre.
Elle détacha les rennes de Pampumobile, et se mit en selle. Elle regarda la fécatte et se baissa pour l'embrasser sur la joue et lui chuchotta.
« Une jolie Crâtte aux cheveux roses, mais c'n'est pas c'que tu crois. Prends soin de toi ma belle » Pampu s’apprêtait à partir.
« Pampu attends » l’arrêta Jeanne
« Oui, quoi ? »
« Est-ce...euh Est-ce que tu pourrais lui donner ceci ? » demanda la fécatte en tendant un lettre  à Pampu. Le teint de Jeanne d’ordinaire d'albâtre était désormais légèrement rosé.
Pampu prit la lettre, avec un sourire ému. Elle fit faire demi-tour à Pampumobile.
« Tu sais, l'arbre Hakam, c'est chouette comme lieu de vie. Tu y serais traitée comme une reine, SA reine. Sa grand-mère est pas trop chiante, tu sais. Pour avoir vécu un temps avec eux, je te le dit tes gâteaux sont meilleurs » Pampu était sincère dans ses propos et ce fût la première fois qu'elle vit Jeanne si mal à l'aise, si frêle, si émue.
« Je lui confirais ta lettre, mais tu sais, tu devrais le rejoindre » conclut Pampu.
Puis elle talonna Pampumobile et chevaucha vers le zaap le plus proche, d'un signe de la main salua son amie fécatte.
Pampu prit le zaap et arriva dans la Canopée. Là un morceau de crocodaille grillé l'attendait.
« Tu glandais ? » demanda une Crâtte aux cheveux roses.
« Non pas vraiment, j'avais à faire à Madrestam » répondit-elle en s'intallant pour savourer le délicieux plat.
« A faire à Madrestam » répéta la Crâtte, quelque peu perplexe.
« D 'ailleurs je ne reste pas à glander longtemps » poursuivit Pampu
Le jeune crâtte s'assied donc prés de la sadidette et pris son repas. Pampu avait du mal à ne pas la regarder, lors de leur rencontre elle lui avait fait comprendre qu'il n'y avait pas que les sacris dans la vie, y a les crâttes aussi.(référence de merde bonjour)
Leur repas terminé, Pampu s’adossa à la rambarde pour digérer, son amie, elle alla glander  un peu plus loin.
La rêverie de Pampu fut interrompue par l'arrivée d’un Tofu spécial, la sadidette détacha le tube et lu le message.
« Ok je t'attends, arrive . Oto. PS : Mémé voudrait que tu ramènes des gelés royales vertes »

Pampu se leva, elle connaissait bien la mamie et ses manies. Elle avait donc fait un stock de gelées vertes.
« J'pars, à tout' » Pampu se retourna vers son amie pour lui faire un clin d’œil. Puis elle fila vers le sommet de l'Arbre.


Elle arriva enfin chez Otomai, frappa à la porte plus par principe qu'au chose et entra. Mémé était comme une petite folle.
« Pampilu, ça fait plaisir de te voir !!! tu as mes gelés ??? » demanda-t-elle avec insistance.
« Oui oui tiens, c'est fou ce que ton accueil fait plaisir »

Puis Pampu se dirigea vers Otomaï, le serra dans ses bras et lui dit.
« J'ai besoin de ton avis, Toto »
L'alchimiste l’entraîna vers la table et demanda à Mémé de préparer un Kah-fait.
« Que se passe-t-il ? » s'inquiéta-t-il.
Pampu dégagea son visage de ses cheveux, lança apparaître les marques roses foncées sur sa peau marron.
« Oh » dit simplement Otomai
« Oh ? Tu me dis juste Oh ? »
« Oui, ça m'arrive, je peux faire des Ah aussi... » trolla Otomai.
« Ok..super l'ambiance »

Mémé arriva avec le breuvage. On aurait dit une hyène sous ecsta depuis qu'elle avait eu ses gelées.
« Merci, Bon Toto, t'as pas de réponses ? » demanda la sadidette.
« Humm non en effet, peut-être est-ce apparu quand ton corps et ton âme furent séparés par la faute de Tipiac » dit-il.
Pampu se souvenait très bien de ce passage peu glorieux de son existence.
« Mais elles « poussent » depuis quelques temps. Disons qu'avant ses marques étaient quasi invisibles et maintenant elles sont bien présentes »
« Hm je vois, il faudrait faire un prélèvement » conclut Otomai en se grattant le menton.
« Sérieux Toto, tu crois que c'est une putain de mycose ? Mais regarde la tronche des marques, symétriques, sur les deux joues, elles ressemblent à des tatouages sacrieurs... » Pampu continua à marmonner en buvant son kah-fait.
Otomai était amusé, cela faisait longtemps qu'il n'avait pas vu Pampulilu.

« Tu traînes peut-être trop avec les sacrieuses, certains de leurs tatouages déteignent sur toi... » Otomai présentait un sourire sarcastique.
Pampu fit mine de bougonner et repris.
« En parlant de tes « relations » » dit-elle en encadrant le « relations » de faux guillemets avec ses doigts
« Voilà pour toi » elle lui tendit la lettre de Jeanne.
« Fais ton prélèvement j'ai à faire ailleurs, comme par exemple continuer ton éternelle moisson à la con»
« J'ai mieux à te proposer » dit-il « Va sur l'île de Pandala et trouve « La bière de Velours » c'est une taverne un peu spéciale. Elle se situe en sous-sol. L'entrée se fait par des enclos souterrains situés entre la banque et la taverne officielle de l'île. Il paraît que la musique là bas permet de révéler certaines choses. Le mot de Passe pour y entrer est « Fousse Rodah »
« Fousse Rodah » demanda Pampu.
« Sérieux ? »
Otomai acquiesça.
« Je n'ai rien à perdre de toute façon. » Pampu se leva, alla poser sa tasse dans l'évier. Elle fit un bisou à Mémé puis repassa près d'Otomai qui regardait l'extérieur de la lettre.
« Tu es le plus grand alchimiste du monde, prendre un zaap ne devrait pas te faire aussi peur. Puis ses gâteaux sont délicieux » Elle tapota l'épaule d'Otomai et sorti.
Ce soir elle irait dans cette mystérieuse taverne.


Le soir venu, Pampu se dirigea sur l'île de Pandala, après s'être frayé un chemin, elle atteint enfin les souterrains. Elle y chercha une sorte de levier qui lui permit de dévoiler une petite porte.
Sitôt dévoilée, une aura magique s'en dégagea et de nulle part une voix aiguë et criarde lui demanda le mot de passe.
« Fousse Rodah » dit Pampu en regardant les dindons qui s’entraînaient dans l'enclos voisin.
La porte s'ouvrit et Pampu entra.

Le lieu était feutré, de petites tables cossues s'entendaient ça et là. Il n'y avait pas foule, les gens étaient tranquillement installés. Tout à l'intérieur était violet, chic et une odeur spéciale envahissait le lieu.
A l'entrée elle fut accueillie par un gigantesque roublard barbu. Il lui tendit un petit sachet rempli d'herbes.
« Suis la lapine violette, fais lui confiance » lâcha-t-il avant de l'accompagner à une table.
«Pampu songea qu'Otomai fréquentait de drôles d'endroits.

Sur sa table était disposée une espèce de pipe à eau, Pampu était installée dans une sorte d'énorme fauteuil hyper confortable, de ceux qu'on a jamais envie de quitter. Une serveuse vint prendre sa commande
« La spécialité de la maison. Et euhh excusez-moi, il y a un groupe qui joue ? » demanda Pampu incrédule en voyant la scène caché par des voilages roses et violets.
« Oui, Madame. Je vous rapporte votre commande »
Pampu observa la pipe , le briquet et le sachet d'herbes....
Elle s’apprêtait à tenter un truc à l'ancienne quand une charmante sacrieuse s'installa dans le fauteuil en face d'elle.
« J'vais vous aider » lui dit-elle.
« Pardon mais vous ressembler à une personne que j'connais » dit Pampu.
La belle inconnue sourit et alluma la pipe puis la tendit à Pampu qui venait juste de récupérer son verre.
Pampu  bu et tira sur la pipe.
« Je ressemble à celle qui t'a fait ses marques ? » demanda l'inconnue.
Pampu estomaquée, s’apprêtait à répondre quand le groupe se mit à jouer.
Elle ne quittait pas cette mystérieuse sacrieuse des yeux.

L'herbe, l'alcool et la contrebasse emportaient Pampu dans des limbes magiques de bien être. La compagnie n'était pas dégueu non plus. Elle arrivait à discerner certaines paroles « Hey Bébé vient faire un tour du côté sauvage ».

Pampu souriait, la sacrieuse l'invita à danser.
« Tu veux savoir,  alors fais moi confiance »

Pampu accepta, à défaut de savoir une danse ne lui ferait pas de mal. La sacrieuse était sensuelle, tactile et sentait incroyablement bon. Pampu commença à avoir la tête qui tournait. Mais qu'importe, elle était transporté dans une monde de plaisir et de bien être. SA cavalière menait la danse. Des images d'Agar, de Bétra, d'Ash, de Jeanne, de ses nouvelles rencontres, toutes ces jeunes femmes défilaient devant ses yeux au son de la musique lascive et entraînante. Soudain elle perdit connaissance. Après un temps d'adaptation, l'atmosphère autour d'elle devint oppressante quasi irrespirable. Puis toutes ces jeunes femmes heureuses, vu précédemment étaient désormais entourées de ruines. Elles avaient l'air mourantes, une agonie morale accompagnée d’une déchéance physique. Pampu avait de plus en plus de mal à respirer, elle était en sueur. Quand une énorme épée trancha le ciel elle se réveilla en sursaut.
Elle tâta la couche près d'elle. Personne... 
« 'tain c'quoi c'bordel » Pampu regarda autour d'elle. Elle était de toute évidence dans sa chambre, dans l'antre des aventuriers.
Elle ne se souvenait plus de qui l'avait ramené jusqu'ici
« Forcément un Aventurier ou un bon ami, Toto ?» se dit-elle.
Pampu se passait les mains sur le visage pour essayer  de se souvenir de sa nuit quand ses yeux tombèrent sur une note griffonnée, posée sur le lit près d'elle.
« L'échange de sang est la réponse à ta question. L'échange de sang que tu as fait il y a longtemps, très longtemps »

Pampu repensa au premier échange de sang qu'elle avait fait. Avec Bétra, lorsque celle-ci au fin fond des égouts de Brakmar avait eu besoin d'un petit remontant. Cet échange avait également scellé leur union, depuis brisée.
Pampu en sueur, avait enfin eu sa réponse, elle présentait des tatouages sacrieurs, en revanche le reste de sa soirée était plutôt confus. "Roh merde elle est où la jolie sacrieuse"
Cherchant en vain à se rappeler la suite de la chanson elle resta assise sur son lit.

[hrp]Vu l'heure je reviendrais dessus dans la journée ou dans la soirée pour mettre en page et corriger des fautes. DE plus j'ai essayé de retrouver le RP que j'avais fait sur le découplage âme/corp de PAmpu orchestré par Tipiac, en vain. MAis il a existé. Puis j'enleverais ce passage hrp aussi. C'est juste pour vous prevenir. Bisous ça c'est pour votre culture [/hrp]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ash'Ka

avatar

Nombre de messages : 116
Age : 101
Date d'inscription : 04/02/2008

MessageSujet: Re: Ashback   30/10/2013, 17:00

Tandis que Pampulilu était emportée dans une valse enivrante dans les sous-sols du village de Pandala, au même instant, dans un autre monde, Ash’Ka guettait sa proie à l’ombre d’une colonne d’un ancien temple dédié à Lolth…

Elle observait depuis plusieurs minutes et de manière méprisante le Boucher se recueillir près de l’engeance lorsque la voix d’un vieil homme résonna froidement dans le temple : « Qui es-tu ? » entendirent-ils… Le Iop, ne parvenant pas à localiser son interlocuteur, répondit à haute voix : « Je me nomme Butcher, Michaël T. Butcher, je viens d’Amakna et je… je suis un ami d’Aephka » déclara-t-il tristement en regardant le visage blême de la défunte.

Faiblement éclairée par les roches phosphorescentes disséminées dans le temple, une silhouette apparue dans l’ouverture d’une petite chambre de l’autre côté de l’autel : « Comment connais-tu ma fille? » demanda-t-il, « Nous avons fait connaissance sur le marché de Bonta il y a bien longtemps… d’aventures en aventures nous sommes devenus amis… Et, dernièrement, j’ai pris ses fonctions chez les Aventuriers du Dofus Perdu, juste avant qu’elle ne disparaisse de notre monde » résuma en quelques mots Butch en essayant de discerner ce fameux Liahk. Ce dernier s’avança vers l’autel d’un pas hésitant tandis qu’une ombre furtive se déplaçait de colonne en colonne. Il était vêtu d’une simple bure dont le large capuchon couvrait en grande partie son visage. Il buta contre le reposoir et chercha le corps à tâtons, d’une main tremblante : « Absence, ma fille bien aimée… Je n’ai rien pu faire pour la sauver » se lamenta l’ancien démon repenti avant d’observer une minute de silence. "Toutes mes condoléances, Monsieur" dit Butch. Soudainement sur la défensive, Onek releva la tête « Comment es-tu arrivé ici Michaël ? » s’enquit-il … un peu trop tard…

Il fut violemment emporté sur le côté et plaqué au sol : des ombres, La Chasseresse lui avait bondit dessus avec toute la force que pouvait engendrer l’excitation d’une quête sur le point d’être accomplie : « C’est moi qui l’y ai guidé mon ''cher'' frère » vociféra-t-elle… « Ash’Ka !!... » cria Butcher «… Il ne semble pas être en pleine possession de ses moyens, tu… » « Restes en dehors de ça Khaal, c’est entre moi et lui, ne te mets pas sur mon chemin ! » le coupa la Démone excitée. Butch leur tourna le dos en proie aux tourments que lui infligeait sa conscience « Pardonnes moi Aephka » murmura-t-il  en s’éloignant de cette folie.

« Je ne sais pas comment tu as pu survivre à notre précédente rencontre, Aram’As, mais sois sûr que cette fois je ne te manquerai pas » déclara Ash’, assise à califourchon sur son frère, en levant au-dessus de sa tête une de ses dagues, prête à frapper… Liahk ne chercha pas à se défendre, sans doute le fait de perdre sa progéniture lui avait aussi fait perdre goût à la vie, las, il attendait alors ce coup comme une libération, un coup fatal qui lui permettrait enfin de rejoindre sa femme et sa fille. « Je veux voir ton visage, je veux voir ton regard s’opacifier lorsque la vie te quittera, retire ce maudit capuchon, traître !! » Siffla la Démone. Onek obtempéra et mit à jour un visage ridé, une chevelure blanche et des yeux vitreux… Déstabilisée un court instant, Ash’Ka éclata de rire : « MOUHAHAHAHHA, PAUVRE FOU !! Tu as voulu mener à bien le rituel du Un'Kala’Sha ? Ne sais-tu donc pas que seules les prêtresses de Lolth peuvent y parvenir ? Elles seules y sont autorisées, ni toi, ni moi pouvons accomplir le Un'Kala’Sha sans y laisser la peau, ta fille était condamnée d’avance… » hystérique, Ash’Ka brandit de nouveau son arme au-dessus de sa tête « Tu vas mourir maintenant !! » . « NOOON ! » supplia Onek « SIII !!! » répliqua-t-elle en plongeant la dague vers la poitrine de sa victime…

La dague ne fit qu’entailler la bure de Liahk : une douleur vrilla la colonne vertébrale de La Chasseresse qui la paralysa, elle comprit à ce moment-là que la supplique de son frère ne lui était pas destinée. « Khaaaaal ?? Que fais-tu ??? » Implora-t-elle en sentant sa tête partir en arrière… Le Boucher avait planté un genou au-dessus de ses reins et maintenait fermement sa chevelure cobalt afin de lui dégager la gorge… « Seule une prêtresse de Lolth peut accomplir le rituel hein ? » il tira encore plus en arrière la tête d’Ash’Ka « Réponds !! » intima-t-il, « Oui, ouiii… » confessa-t-elle, « C’est la trahison de trop... Ash to Ash, Dust to Dust » murmura-t-il froidement à son oreille. « Noooooon… » supplia une dernière fois Onek avant d’être éclaboussé par le sang de sa sœur : Ash’Ka sentit une froide lame filer sur sa gorge puis le contact glacé du sol marbré contre sa joue : « Khaaal, sale traitr… gargggll… »…

Elle s’étouffa dans son sang devant son frère, impuissant, qui ne put réprimer ses larmes de couler …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Butch

avatar

Nombre de messages : 15
Age : 41
Localisation : Quartier des bouchers, Bonta
Date d'inscription : 12/06/2013

MessageSujet: Re: Ashback   2/11/2013, 14:17

Un bruit métallique retentit dans le temple lorsque Butch, choqué, lâcha son hachoir au sol… Il recula de plusieurs pas avant de heurter l’autel contre lequel il se laissa glisser pour s’y adosser. « Qu’ai-je fait ? » murmura-t-il en regardant la flaque de sang se répandre sur le marbre... Devant lui, le corps d’Ash’Ka était secoué d’un dernier soubresaut dans les bras de son frère. « Ne t’en veux pas…  » Déclara-t-il à l’attention du bourreau en baissant les paupières de La Chasseresse d’un habile passage de main.

Onek s’avança vers le Iop, s’accroupit face à lui et lui posa une main réconfortante sur l’épaule «Tu n’y es pour rien Khaal, le mal est endémique à ce monde, il est particulièrement concentré en ce lieu et exacerbe les passions destructrices, il n’est pas facile d’y résister quand on n’y est pas habitué … Je ne t’en veux pas non plus, tu as fait ce qu’il te semblait être juste, tu as fait ce que j’aurais dû réaliser des années plus tôt, j’avais tant espéré qu’elle se repente… Avec le recul, je me rends compte que c’était une utopie, une cause perdue… J’aurais pu éviter bien des maux si je n’avais pas eu la faiblesse de l’épargner… Je te remercie mon ami, je te remercie de m'avoir sauvé la vie ». Butch ne dit mot mais apprécia l'empathie du vieux rôdeur « Tu as besoin de te reposer, quelques heures de sommeil te feront le plus grand bien, viens avec moi ».

Un son mécanique, cyclique, tira le Boucher de son sommeil,  il eut bien du mal à déterminer combien de temps il avait pu dormir, rien ne différenciait le jour de la nuit dans ce monde. Il se leva et se dirigea vers l’autel, deux corps enveloppés dans leur linceul se partageaient maintenant la place, éclairée par deux nouveaux cierges. Les traces de lutte de la veille avaient été effacées et les lieux nettoyés. En provenance de la nef, le son mécanique reprit : le vieux rôdeur était assis là et manipulait la manivelle de ce qui semblait être une étrange petite boite à musique. « Oh, Salutations mon ami ! » Déclara-t-il à l’attention du Iop qui venait le rejoindre «Viens t’asseoir et profites du repas ». Il désignait du doigt un bol rempli de champignons préparés par ses soins, Butchy en renifla le contenu, « n’ait crainte, ils sont comestibles » rassura Onek en en mangeant un morceau, « Que fais-tu avec cet engin ? » Demanda Butch qui se laissa finalement tenter par ces champignons des cavernes, « Je prépare ton départ l’ami… »

Onek glissa à son annulaire l’anneau que la boite contenait, celui la même que Butch avait pu contempler la veille au doigt d'Ash'Ka : « Mon vieil anneau, je ne pensais plus le revoir après me l’être fait subtiliser par La Chasseresse lors de notre dernière rencontre dans ton monde ». Les neuf gemmes qui y étaient enchâssées brillaient de nouveau d’une pâle lueur bleutée, « La machine a permis de recharger son pouvoir ?» devina le Iop, « Ahah, oui tout à fait, elle évite de passer par un lourd rituel autour d’un pentacle et tout l’attirail… la technologie au service de la magie en somme » Onek resta pensif en regardant son ''précieux'', un moment de nostalgie, cet objet lui avait permis de découvrir de nouveaux mondes et avait fait de lui ce qu’il était devenu aujourd’hui … « Allez, mon ami Michaël Khaal, il est temps d’embarquer dans la World Compagny, en piste ! » Butch engloutit le fond du bol et talonna Liahk.

Le vieux rôdeur traça d’une main tremblante sept signes formant un large cercle de la taille d’un zaap sur un mur du temple, en expliquant au Iop à quoi ils correspondaient…

Pendant ce temps, dans la Tour des Aventuriers, Pampulilu se réveillait d’une nuit agitée à l’étage, tandis que Darkadenna, dans un état semi conscient, squattait un canapé dans la salle principale. Il ne prêta guère attention aux phénomènes paranormaux qui commençaient à se manifester autour de lui… De petits arcs électriques couraient sur toutes les surfaces métalliques de la pièce pendant que le mobilier commençait à léviter et graviter autour d’une boule lumineuse, de la taille d’un poing, apparue au centre du grand salon. Les décharges électriques s’intensifièrent, la Kah-faitière de la fesse rose de Bonta fut la première à en faire les frais : telle une fée d’artifice, elle sauta au plafond avant d’exploser dans une gerbe de  kha-fait. Au fur et à mesure de son expansion, la circonvolution des meubles se fit de plus en plus rapide autour de la boule d’énergie. Puis, celle-ci se concentra soudain au point de disparaître, propulsant au sol tout le mobilier dans un vacarme assourdissant. Alertée par le bruit et les cris paniqués de Darkadenna, Pampulilu descendit les escaliers quatre à quatre… Une violente déflagration la projeta alors en bas des marches. Lorsqu’elle releva la tête,  elle eut bien du mal à reconnaître le grand salon dans ce nuage de poussière : les murs avaient été soufflés, seule l’armature en pierre de la tour demeurait à cet étage. Le ''zaap'' qui miroitait au cœur du cataclysme écartait toute implication de Manh-Athalm dans ce désastre…

« Tu es sur de ton coup Onek ? Je ne reconnais pas l’endroit » S’inquiéta le Iop en scrutant à travers le portail «Quoique, à bien y réfléchir, cette construction-là m’est familière… AAAAAAAAHHH !! » Butchy poussa un cri d’effroi lorsque Pampulilu apparut à l’image, elle avançait d’un pas lent vers eux en trainant un objet derrière elle : « BUUTCHEEEER !!... » peut-il lire sur ses lèvres, il n’avait pas le son mais la Flèche semblait extrêmement contrariée, en fait il ne l’avait jamais vu dans cet état : le cheveux hérissé, les dents en pointes, un regard sans pupille ni iris, les veines gonflées sur les tempes,  Butch jura même  apercevoir des rouflaquettes sur les joues de la furie de Bonta… Elle lui fit penser à l’ami du Captain Amakna : il ne lui manquait que les griffes en ardonite pour parfaire la panoplie… Pampulilu  fit tournoyer au-dessus de sa tête l’objet qu’elle traînait jusque-là.  « Putain Onek !! Tu as fait apparaître le portail en plein milieu de la Tour ! Vite, désactive-le, si Pampulilu pose un pied dans ce temple, remontée comme elle est, on est foutu !! »

La carcasse difforme d’une machine à kha-fait encore reliée à son câble électrique frôla le visage du Boucher lorsque le portail disparut. Elle se pulvérisa contre une statue à l’effigie de Lolth derrière lui…

Pendant ce temps, Darkadenna était toujours confortablement installé dans son canapé, perché sur la cime d’un kaliptus près du village des éleveurs… au loin il vit la Tour des Aventuriers s’effondrer sur elle-même. Il regarda l’air Agar’ (ndla : je ne m’en lasse pas) la canette de bière "spéciale cuvée, macérée aux feuilles de chanvre" qu'il avait trouvé la veille au fin fond du réfrigérateur, sous le bar des Aventuriers : « Wow !!»… dit-il en balançant la boite métallique au loin...


Dernière édition par Butch le 2/11/2013, 19:09, édité 13 fois (Raison : (modification de la fin originelle pour Darky .. malentendu lors de la lecture de son récit...))
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kadenna

avatar

Nombre de messages : 56
Age : 24
Localisation : Quand ce n'est pas dans une taverne, c'est dans un tonneau
Date d'inscription : 21/01/2009

MessageSujet: Re: Ashback   6/11/2013, 20:09

Quelques temps avant, dans la tour...

Pendant que Pampulilu était à l'étage et se prenait un Kah-Fait, le rez-de-chaussée était théàtre d'agitation. Darkadenna avait oublié son tonneau à la taverne où il avait passé la nuit, et n'avait plus rien à se mettre dans le gosier. Il avait commencé par vider méthodiquement toutes les bouteilles de la tour, sauf celles qui avaient une odeur trop suspecte bien entendue. Il avait déjà du résister à sauter dans la réserve de Kah-fait, mais avec Pampu à l'étage, c'était du suicide. C'était donc dans un discret vacarme qu'il vidait tous les placards, puis remettait tout presque à sa place à la recherche d'une boisson pouvant lui remettre les neurones à la leur.
Un pandawa sobre c'est comme un sadida éveillé, la seule activité qu'il exerce est de chercher à se remettre dans son état naturel.
Il avait fini de fouiller pas mal de placard, mais en vit un qui attira son attention. Il avait l'air assez robuste, plutôt de belle facture, impossible à ouvrir, et n'avait comme serrure, qu'un simple petit creux, avec écrit au dessus « My Precious ».
« Alors ça, ça doit être de la bonne »
Il commença par essayer de crocheter cette sorte de serrure, mais rien ne marchait. Il vida alors tout son sac, tenta de poser ses 750 pierres d'âme l'une après l'autre sur le creux, sans effet. Il essaya aussi tout le reste de bazar. Rien n'avait l'air de pouvoir l'ouvrir.
Le rez-de-chaussée était désormais rempli de babioles toutes plus inutiles les unes des autres, et Darkadenna était déçu. Ce coffre n'allait pas céder. La résistance du coffre avait amené l'homme sobre à imaginer l'open bar à l'intérieur, ce qui rendait sa tristesse encore plus grande devant la porte sellée. Il s'apprêta à remettre tout dans son imposant sac, mais vit qu'il restait un caillou dans le fond. Une pierre de dolomite. Pourquoi pas ? Il remplaça la pierre par tout ce qu'il avait pris soin d'essayer, et la fixa dans le petit creux, et là, magie. Un *Clac* se fit entendre. Les yeux du Pandawa s'ouvrirent presque aussi grand que ses tâches noires.
« Wow, alors ça... »
Il ouvrit l'armoire.
A l'intérieur, des dizaines de centaines de vingtaines de dolomites. Outre ces minerais, ce coffre contenait énormément de choses, des quantités folles de journaux, de gravures, de parchemin narrant les aventures d'un super héros à la retraite, de jouet étrange, mais aussi de poils. Une telle place dans une si petite armoire devait être le résultat d'un travail acharné du meilleur des bricoleurs. En plus de tout ça, la clim y était installée. Darkadenna enfouit sa main dedans, à la recherche de quelque chose de buvable, jusqu'à entendre un *Cling*, bruit caractéristique d'une bouteille qui s'entrechoque avec un matériau bien dur.
« Wohohow, viens la ma jolie »
Ni une ni deux, la bouteille était dehors. Passée sous l'eau. Astiquée. Métallisée, elle semblait brillante, comme à son achat.
Lorsqu'on boit un alcool, le contenant doit être toujours le plus propre possible, car on ne sait jamais dans quel état est le contenu.
L'étiquette mentionnait
« Bière du Mineur :  
spéciale cuvée, macérée aux feuilles de chanvre».  

En parcourant l'étiquette du doigt, il lit à haute voix :
« ''Cette bière vous transportera ailleurs, magnifiant toutes vos perceptions. Ce n'est pas de la bière de Zobal, ces arômes ont en effet déjà rendu soûls plus d'un pandawa, et rares sont ceux à pouvoir se venter d'en avoir fini une bouteille. Sa robe ne laissera pas vos yeux indifférent, elle possède'' blah blah blah... ''Plus blanc que blanc''... blah blah, ''rouge vert bleu rose'', blah blah, pas intéressant.
Son goût ! ''Sa te retourn la teuhté sa rasssss''? Tsss... Ça sent le brasseur amateur pétant plus haut que son cul. »
Il se jeta sur le canapé, la but entière d'un coup sec, et attendu.

Voilà à peu près ce qu'il ressentit...
Pendant que ses sourcils jouaient le célèbre air de guitare de Kabroule, sa langue cherchait, dans un but scientifique consciencieux, à atteindre ses narines, encore et encore. Les murs de poussière de la tour avaient l'air de s'être enlevés depuis longtemps, et des boufcouls étaient allongés dans toute la pièce. C'était l'hiver, et la neige englobait déjà chaque aile de ces bouftous rosés.
« Wow » mangea-t-il.  Soudain, rien. Lorsque d'un coup, dans une grande surprise, toujours rien. Il leva alors les paupières, parce qu'il fallait avouer qu'il faisait noir là dedans. L'encre de ses yeux coulait un peu, à cause de l'émotion. Il voyait à travers les murs, et à travers le plafond. Il contemplait Pampulilu, à l'étage, perdue dans ses pensées, toujours avec son Kah-Fait, cette boisson semblait être question d'équilibre entre l'éveil et le sommeil. Aussi magnifique qu'était l'ambiance avec ces Boufcouls kouloussales, le simple fait d'observer Pampulilu faire des gestes naturels avec une beauté sans pareille remplissait le bonheur contemplatif de Darkadenna.
« Wow, c'est d'toute beauté ...» dit-il les lèvres fermées.
Les couleurs de l'arc-en-ciel commencèrent à se mêler. Entraînant toute la faune de la pièce dans une sorte de spirale infernale. Darkadenna vibrait, c'est peut-être la seule chose qu'il était à peu près sûr de ressentir. Un bruit assourdissant remplaçait le jeu de guitare auquel se livrait ses sourcils, ce bruit se fit entendre un grand coup. Le temps d'un grand choc. Une palpitation. L'impression de s'envoler vers des contrées lointaines.

Lorsqu'il commença à reprendre ses esprits, il hallucina. Il était toujours dans son canapé, mais plus du tout dans la tour. Il se trouvait sur un Eucalyptus à première vue, au niveau du village des éleveurs donc. Il pouvait déduire ça grâce à la présence de la tour au loin. Entre deux boufcouls royaux, qui semblaient faire un ping-pong avec l'horizon. Darkadenna se rendit compte qu'il y avait quelque chose de pas normal lorsque celle-ci s'effondra. Il y avait peut-être des aventuriers en danger.

« Wow !!»… dit-il en balançant la boite métallique au loin...

Il sortit une des bouteilles de lait de bambou accrochée à sa ceinture, et en prit un grand coup. Ça devrait lui remettre les idées en place. Il sauta à terre et c'est là qu'il s'en rendit compte. Marcher lui était difficile, et à ce rythme là, l'île de nowel aurait eu le temps de s'ouvrir. C'était la première fois que le lait de bambou ne lui remettait pas les idées au clair. Il voyait des boufmouths un peu partout, et le brouillard rose ne facilitait pas les choses. La tour était-elle bien tombée ou était-ce juste un smash de la part d'un des rois du ping-pong ? Il devait s'y rendre pour en avoir le cœur net, mais dans le cas présent, ce n'était vraiment pas évident. Il avançait le plus rapidement possible, et malgré les divers chutes et zigzag dont il était victime, traçait son chemin.
« Ne pas boire les boissons dolomitienne, ne pas les boire. ''ça sent le brasseur amateur'', mais quel con... »
Sa tête heurta quelque chose. Un tofu rose, ou autre hallucination pensa-t-il. Une lame faillit le perforer, il l'évita de justesse, avec ce qui lui restait de jugeotte. Des koalaks.

Dans l'état actuel des choses, la victoire paraissait peu probable. Il sortit sa hâche, et le fait de voir le brouillard se dissiper à l'horizon, révélant une tour encore debout, le rassura. Ses amis étaient en sécurité, ce qui n'était malheureusement plus son cas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pampulilu

avatar

Nombre de messages : 659
Age : 35
Localisation : entre la vie et la mort en quête de mystère
Date d'inscription : 21/08/2007

MessageSujet: Re: Ashback   9/11/2013, 15:33

Malgré une extrême concentration pour se remémorer sa nuit, Pampu n'arrivait à rien, assise sur son lit.
"Bon il m'faut du Kah-fait" lança-t-elle à Tuchi, posée dans une coin de la chambre.
Elles descendit jusque dans le salon, aperçut Darkadenna comater comme une merde masse dans le canapé.
Elle l'observa pendant que l'ébène breuvage coulait.
"Ahh peut-être qu'avec une perruque..."
Elle secoua la tête pour chasser cette vision puis elle reprit sa réflexion sur la chanson mystérieuse.
"Come on baby, light my fire, Try to set the night on fire" murmurait-elle.
"Non c'est pas ça"


Pour ne pas déranger son ami velu elle remonta dans sa chambre équipée de sa tasse préférée.
Dans l'escalier elle fredonna "Tu tudu tudu tutudu tudu tudu tutudu"
"Mais c'est ça"


Elle se reposa sur son lit et chantonna.
"Maintenant je dois me rappeler de la jolie sacrieuse".
Tuchi ne comprenait pas grand chose à tout ça, la pauvre, mais pour une fois elle n'était pas coincée dans le short de Pampu alors elle appréciait ces instants de liberté.

Soudain, alors qu'elle était en pleine réflexion, la FLÈCHE rose de Bonta entendit un bruit suspect au rez de chaussée.
"'Tain quelqu'un tape dans les réserves de gnôle" entre flemme de descendre et envie de malmener le malotru, choix cornélien.

Puis un bruit bien plus intense retentit, envahit de sueurs froides Pampu reconnu ce bruit, sa précieuse machine. Quelqu'un avait osé s'en prendre à sa précieuse machine à Kah-fait. Elle descendit les marches en quelques bonds agiles et se retrouva dans la pièce du délit.

A ce moment là c'était plutôt la pièce du délire...Elle fût projetée à terre par une sorte d'explosion, comme si Otomai avait décidé d'expérimenter des nouvelles fées d'artifices dans SON salon. Elle essayait de voir ce qu'il se passait.
"Un zaap, un putain de zaap ici" lança-t-elle
Elle s'approcha, Tuchi et une ronce apaisante prêtes à agir, au cas où.
Au passage elle ramassa les restes de sa machine incroyable."Je te vengerais Ô mon amie"
Elle approcha du "zaap et regarda prudemment à travers, elle y aperçut Butcher et là son sang ne fit qu'un tour.
"C'EST TOI ????? C'EST À CAUSE DE TOI TOUT ÇA" Elle commença à faire tourner sa machine au dessus de sa tête telle une fronde.
"TU POSES LES PIEDS ICI JE TE BUTE, JE TE HAISSSSSS. TU M'ENTENDS JE TE HAIS"
Au moment où elle s’apprêtait à envoyer sa "fronde" pour un voyage intermondialiste (^^) une chose roula à ses pieds et la heurta.
Déconcentrée et déconcertée, elle se pencha pour lire et vu « Bière du Mineur :  spéciale cuvée, macérée aux feuilles de chanvre».
"Oh merde, qui en a pris, c'est dangereux, c'est presque vide" sa rage retomba (un peu) et elle scruta les alentours. Darkadenna n'était plus là.
"Roh le con"

Il fallait qu'elle le retrouve avec un tel breuvage dans le gosier, même le plus chevronné des Pandawas se retrouvait être une larve amorphe.
Ellle regarda le "zaap", regarda la bouteille, le zaap la bouteille, plusieurs fois.
"Bon si je bute Butch sans sauver Darka je m'en voudrais. Si Butch revient je pourrais le pourrir, si Darka meurt j'aurais quelques difficultés à le faire revenir"

Elle regarda Tuchi.
"Tuchi, si Butch passe ce zaap, tu lui balances tous les sorts "utiles" qu'une Surpuissante est capable de lancer. Je reviens"

Alors que la Flèche rose s'élança dehors en direction des espèces de cris pandawiens indescriptibles. Tuchi clignait des yeux face au zaap, au milieu du salon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Butch

avatar

Nombre de messages : 15
Age : 41
Localisation : Quartier des bouchers, Bonta
Date d'inscription : 12/06/2013

MessageSujet: Re: Ashback   17/11/2013, 19:58

La pierre d’âme était toujours là, prisonnière de sa geôle végétale, Butch hésitait à accomplir ce pour quoi il était venu, il suffisait pourtant de placer correctement un simple souffle pour en finir… Assis de l’autre côté des douves, le ventre gargouillant, les jambes dans le vide, insensible aux vapeurs soufrées qui émanaient du gouffre, le Iop se remémora en détail les événements de la matinée…

Tandis que Liahk vérifiait les inscriptions luminescentes sur le mur pour comprendre ce qui avait dysfonctionné, le Boucher regardait ce qui restait de la machine à kha-fait l’air anxieux : « J’espère que Pampulilu va bien, il m’a semblé voir la Tour se disloquer lorsque le portail s’est fermé, j’espère aussi qu’il n’y avait pas d’autres Aventuriers avec elle… Je dois y retourner, Onek, s’il te plait, ramène moi ailleurs dans le monde des douze, en plein milieu des plaines de Cania s’il faut, je ferai le chemin à pieds jusqu’au premier zaap… ». Le vieux rôdeur acquiesça et commença à tracer de nouveaux signes au mur. « Bordel de pompe à nouilles, Agar’ va me trucider » murmura Butch en repensant à la Sacrieuse réalisant un suplex au Kralamour géant sur la gravure. « Agar’ ? » questionna Onek qui avait apparemment gardé toute son acuité auditive  « Oui Agarhathel, la meneuse des Aventuriers du Dofus Perdu… dont on vient de réduire le repère en miettes, tu sais… » répondit-il ironiquement, « Ce n’est plus Pandala Jones le leader ? », « Jones ? Non, selon les rumeurs, il a disparu lors d’une exploration sur l’île de Moon… il a dû finir par  agrémenter une soupe de tortues chez les Kaniboules … » répondit évasivement Butch en regardant impatiemment les symboles se former devant lui. Il porta un regard aux deux corps reposant sur l’autel : « Cette mission est un vrai fiasco, que de morts inutiles » déclara Butch désespéré « La mort, on la trouve souvent dans le sillage de ma sœur, toujours à préparer un mauvais coup, elle n’a jamais vraiment changé… ». La réponse de Liahk fit écho à l’avertissement d’Agarhathel lorsqu’elle lui avait remis un petit paquet …

Le cœur battant, Butch tâta rapidement une par une ses poches pour retrouver le fameux présent : « Attends avant d’activer le portail » demanda-t-il en extirpant et exhibant le petit paquet vert entouré d’un bolduc rouge. « Qu’est-ce donc ? » demanda Onek l’air circonspect après avoir achevé le septième signe. « A priori, un puissant artefact Frigostien si j’en crois  Agar’, à n’utiliser qu’en dernier recours, selon ses propres mots ». « Eh bien il me semble que les évènements récents tendent à découvrir comment cet objet pourra nous aider » dit Onek en regardant le Boucher déballer précautionneusement l’éventuel ‘Deux Ex Machina’.

« Une potion… » déclara le Iop en sortant de son écrin une fiole finement ouvragée. Il la déboucha et huma son contenu, l’épais liquide laiteux était inodore, il porta le goulot à ses lèvres lorsqu’Onek, dans sa grande sagesse, le stoppa : « Attends ! On ne sait pas quels en sont les effets, n’avale pas ça comme ça, il doit bien y avoir une notice dans la boîte… » . Effectivement,  Butch la découvrit dans le double fond et l’examina à la lumière d’une des roches phosphorescente : « Je n’arrive pas à lire, c’est écrit bien trop petit » se plaignit-il. « Ne bouge pas, je connais un sort de ton monde qui devrait t’aider l’ami » déclara Liahk avant de lancer un puissant ‘Œil de Lynx’ sur le Iop avant que celui-ci ne puisse protester, inquiet des capacités du rôdeur après l’histoire du portail… « Ahah, faudrait te mettre à jour Onek !! Ça fait longtemps que plus aucun Crâ n’utilise ce sort chez nous… Enfin, ça semble encore efficace » railla Butchy soulagé, il ramena le papier à la pâle lumière et lut à haute voix : « Ankama vous remercie pour votre achat… » il leva un sourcil dubitatif en regardant le rôdeur qui l’incita à continuer «…La potion Raulback600 permet de remonter le temps dans une limite de six mois, vous permettant de corriger un mauvais choix fait lors d’une quête […] Pour des temps supérieurs les potions Raulback1200 et 2400 sont disponibles en magasin […] Fermez les yeux, concentrez-vous sur l’événement à modifier et avalez cul sec le contenu de la fiole […]Ne convient pas aux femmes enceintes, blablabla […] Effets secondaires : nausée, céphalée, saignements de nez, blablabla [..] Si cette potion est frigostienne, moi je suis le neveu du père de mon cousin » déclara le Boucher, « Tu as raison l’ami, cette potion semble issue du monde des Grands Daives, les fondateurs de toute chose, pères de l’Univers et des Dieux, je ne sais pas où cette Agarhathel se l’ait procurée mais c’est un cadeau inestimable, fais en bon usage… »

Excité, le Iop se rendit compte qu’il tenait en main le moyen de tout corriger : « Une prêtresse de Lolth ! Onek, si cette potion fonctionne, saurais tu trouver l’une d’entre elles qui accepte d’accomplir l’Un’Kala’Sha sur Aeph ? », une lueur d’espoir brilla dans l’œil vitreux du Rôdeur « Ce ne sera pas chose aisée mais je trouverais un moyen d’en persuader une… » Il regarda à son tour le corps enveloppé de sa fille sur lequel dormait paisiblement Mushu : « J’ai choisi la facilité… si je disposais d’une seconde chance, je m’y prendrais différemment…». Butch lui sourit et lui tendit la potion miraculeuse. « Non ! Michaël T. Butcher, toi et toi seul doit réaliser ce voyage, tu dois avertir Aephka et… accomplir ce que je me suis refusé de faire depuis trop longtemps, tu dois éliminer une bonne fois pour toute ma sœur… Je, je me rends compte à quel point c’est nécessaire, je compte sur toi, Khaal… ».  Le visage fermé, Butcher acquiesça d’un air entendu. « Khaal, c’est ainsi qu’elle m’appelait, je ne lui ai jamais demandé ce que cela signifiait… », « Bourreau » répondit simplement le vieux rôdeur, le Iop esquissa un sourire en pensant à l’ironie de la situation.

Suivant scrupuleusement la notice d’utilisation, Butch ferma les yeux : « A un monde meilleur, Onek » déclara-t-il avant de descendre le contenu de la fiole…

Il sentit le contact chaud et humide d’une paire de lèvres contre sa joue et rouvrit les yeux. « Aephka ? WOOOHOOOO, ça a marché !! Je suis trop content de te revoir !! » le Iop exultait, il attrapa la jeune femme avant qu’elle ne bondisse sur le Black Bwork II « Lâche moi Butcher, je dois y aller, tu vas me faire manquer mon navire », elle essayait de se dégager… « Aeph… Tu… » Une fulgurante douleur lui vrilla les intestins, le forçant à lâcher l’Ange gothique, il ne put continuer sa phrase : l’action conjugué de la potion des grands Daives et des champignons des cavernes ne lui réussissait pas trop… « T’es bizarre Butch, faut que tu arrêtes de trainer dans ce bordel et bouffer des trucs illicites… Je suis désolée mais là, je dois vraiment y aller» lui dit-elle en quittant le quai d’un bond.

Butch parvient à se ressaisir : « AEPHKA !! Seule une prêtresse de Lolth peut accomplir l’Un’Kala’Sha, tu dois lui dire quand tu le verras… tu m’entends ?? Seule une prêtresse de… gnnnnnn » cria-t-il entre deux spasmes alors que le bâtiment s’éloignait « QUOI ?... QUI ?... » Entendit-il au loin, incapable de se répéter,  il se vida dans la mer d’Asse, lui donnant ainsi ses lettres de noblesse sous l’œil moqueur de Mushu …

L’intestin encore fragile Butch se présenta quelques heures plus tard à la Tour des Aventuriers, dans une tenue propre. Il arriva au moment où Hunabku entrait dans le repaire qui n’avait pas encore connu le souffle d’une ouverture de zaap en son sein : « Salut Hunab ! Ça fait plaisir de te revoir ! » S’écria familièrement Butchy,  « On s’connait ? » lâcha le sacrieur, méfiant « Ah, euh, non, pas encore… Je me nomme Butch, Je viens de la part d'Aephka, elle m'a demandé de vous dire qu'elle a dû s'absenter pour des raisons personnelles et que vous alliez certainement tous crever de faim si je venais pas la remplacer, donc voilà, j'assure l'interim !! » Avant qu’Hunabku ne puisse répondre, Butchy enchaina en désignant le sac que le sacrieur portait à l’épaule : « Dragoviande !! Mets la dans la cuisine s’il te plait, je vais m’en servir pour farcir du crocodaille, ça sera parfait pour ce soir… ». Hunabku avait une drôle de sensation, un sentiment de déjà vu, il essayait en vain de retrouver l’endroit où il avait bien pu croiser cet étrange Iop qui était entrain de biffer une ligne dans son journal de quêtes… « Hunab, J’ai encore une bricole à faire, je reviens vite pour préparer le diner, à tout’ »…

Butcher revint à lui, la prison d’Ash’Ka était là en contre bas, si vulnérable… Avant de mettre un terme à la vie de la Démone, il avait espéré découvrir comment elle avait bien pu choir ici, mais cela restera définitivement un mystère. Il se releva finalement, « Pour le bien de tous » déclara-t-il solennellement  en jetant le sort de souffle fatidique : la racine élastique ploya en arrière et reprit sa position initiale, éjectant à bonne altitude tout ce qu’elle retenait… puis la gravité joua son rôle et précipita l’ensemble au fin fond des douves magmatiques. Une terrible déflagration survint quelques secondes plus tard accompagnée par un geyser de lave. Une colonne de lumière apparut furtivement et, au zénith de l’impact, un voile bleuté irisa le ciel brakmarien habituellement si sombre… « Pour le bien de tous... » répéta-t-il tristement en contemplant le phénomène.

Lorsqu’il se retourna pour chevaucher Spanghero afin de prendre la direction du repaire, il eut un coup d’adrénaline : devant lui, une Crâ aux cheveux bleus continuait de regarder le ciel irisé, il était sur le point de lui faire une planchette japonaise, pour la balancer à son tour au fond des douves, lorsqu’elle le regarda étonnée : « Wow, vous avez vu ça ? Je ne pensais pas qu’on pouvait observer des aurores boréales sous ces latitudes !!». Pas de cornes, pas de sale rictus, le Boucher restait cependant stupéfait par la ressemblance que cette jeune Crâ entretenait avec la Démone. Amusée par l’air crétin de ce Iop qui ne paraissait pas si méchant malgré sa carrure imposante, la Crâ se permit de lui refermer la bouche en remontant d’un doigt sa mâchoire pendouillante . « Euh, vous allez bien ? » s’inquiéta-t-elle. Butchy reprit ses esprits : « Euh, oui, oui, ça va, c’est juste que vous ressemblez à quelqu’un qui ne… euh, vous ne seriez pas de la famille d’une certaine Elia Ash’Ka Stormbringer, par hasard ? » finit-il par bredouiller. La Crâ lui sourit tendrement «Je ne connais pas cette Élia mais j’ai presque le même prénom : je me nomme Eliza Hunt, je suis Frigostienne, on me connait mieux la bas sous le nom de ‘Huntress’, je suis venue sur le continent pour aider à reconstruire notre Bourgade... » . « Huntress ? Je me nomme Butcher ! Je crois que nous étions prédestinés à nous rencontrer… »

Pendant ce temps, quelque part dans le monde des douze, la Démone s’effondra raide morte dans son assiette à soupe sous les yeux médusés de son amie Lialoo qui veillait alors sur elle depuis sa crise de Haut Thysme… Le lien qui la maintenait en vie venait d’être brutalement brisé…

Quelques mois plus tard, alors que dans un présent antérieur Ash’Ka faisait sa réapparition dans ce monde, Butcher prenait le frais, assis sur la pierre plate près du puits de la tour des Aventuriers, il regardait le ciel étoilé en pensant à ses dernières aventures et plus particulièrement à Aephka et son père Onek… Avait-elle pu lui transmettre le message ? Avait-il pu la sauver ? Il espérait avoir un jour les réponses à ses questions récurrentes, des réponses qu’il ne s’attendait pas à voir arriver si vite…

Deux éclairs frappèrent le sol devant lui, sept symboles se dessinèrent instantanément en décrivant un grand cercle de lumière. Lorsque ses yeux se réhabituèrent à l’obscurité il discerna alors deux silhouettes, l’une d’elles avança vers lui… Il porta la main à sa hache « Qui va là ? » demanda-t-il.

« Aephka Stormbringer » déclara  la guerrière en rejetant en arrière sa large capuche, laissant éclater à la lumière sélénite sa longue crinière argentée. Bouche bée Butch laissa tomber son arme au sol et serra de toutes ses forces sa petite protégée « Erg, tu vas me briser les os... » murmura-t-elle, le souffle coupé « Oh, Aephka, ça a marché ? Es-tu soignée ? Comment te sens-tu ? » Le Iop recula de quelques pas pour mieux l’observer : elle improvisa une danse en tournant sur elle-même, souriante et toujours aussi tatouée… il fut rassuré et éclata de rire, les larmes aux yeux. « Oui, elle est saine et sauve, grâce à toi » déclara une forte voix masculine derrière elle… La seconde silhouette s’approcha à son tour et retira également le capuchon de son visage « Onek ! Putain, t’as la classe vieux frère », Butch découvrit enfin le vrai visage du rôdeur « Apparemment nous nous sommes donc déjà rencontrés, Butcher », Butch opina vivement du chef «Dans un futur alternatif, oui et j’ai accompli ce que tu m’as demandé, elle n’a pas souffert… » Onek devina les propos du Iop « Ma sœur ?... » « …ne vous importuneras plus jamais » termina le Bourreau. Le Rôdeur porta une main au cœur et s’inclina en avant laissant un pendentif à l’effigie d’une tête de licorne pendouiller « Je te remercie l’ami, nous te remercions pour tout ce que tu as fait» déclara –t-il. Aephka reprit la parole : « Nous allons visiter les Royaumes Oubliés, voudrais tu te joindre à nous ? ». Un portail s’ouvrit dans un bruit sourd derrière eux « Padhiver » présenta le rôdeur. L’invitation était tentante, Butcher se souvenait des décors époustouflants qu’il avait admirés lors de sa traversée des plans avec la Chasseresse… Mais il pensait aussi à la Crâ qu’il avait rencontré quelques mois plus tôt… « Je ne sais pas... J’ai encore des choses à accomplir ici et… » Onek lui sourit et lui envoya d’une pichenette un anneau d’argent incrustés de pierres luisant d’une pâle lueur bleutée « Lorsque tu seras prêt, tu sauras où nous trouver » déclara-t-il en remettant son capuchon avant de passer le portail. Aephka attrapa avec violence le col du boucher et attira ses lèvres aux siennes « Merci du fond du cœur Butchy ! », elle passa à son tour le portail qui disparut quelques secondes plus tard dans une pluie de particules lumineuses.

Peu de temps après, Huntress frappa à la porte de la Tour des Aventuriers, elle fut accueillie par la Flèche rose de Bonta qui tirait une gueule d’enterrement… « Bonjour Pampulilu, est ce que Butch est avec vous ? Il n’est pas revenu à la maison depuis trois jours, je m’inquiète… » Sans mot dire, Pampulilu invita la Crâ à rentrer et l’installa confortablement dans un fauteuil face à une petite table sur laquelle trônait un coffre… Quelques instants plus tard elle apporta une tasse de bon kha-fait. « Pam, vas-tu me dire ce qu’il se passe ici ? » demanda de plus en plus angoissée Eliza… Pampulilu ouvrit le coffre qui contenait une véritable fortune : plus de 10 millions de kamas et un titre de propriété d’une petite maison située dans le village des éleveurs … « Eliza, je crois que Butcher est parti, voici son don à notre guilde » …

Le Boucher avait parié toutes ses économies sur le résultat du dernier goultarminator et certains matchs de boufballs bien côtés, la chance semblait lui avoir souri plus d’une fois ces derniers temps, à se demander s’il n’avait pas corrompu Ecaflip lui-même…

Mais la vérité était tout autre et vous seuls, chers lecteurs, êtes en mesure de deviner son secret… Wink

Le dernier symbole nécessaire à l'ouverture d'une porte sur les Royaumes Oubliés venait de disparaître du mur de la petite maison de la Milifutaie… Le monde des douze ne reverrait sans doute jamais le valeureux Iop amateur de sang, de sueur et de petites culottes…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kadenna

avatar

Nombre de messages : 56
Age : 24
Localisation : Quand ce n'est pas dans une taverne, c'est dans un tonneau
Date d'inscription : 21/01/2009

MessageSujet: Re: Ashback   20/11/2013, 18:27

Ca allait être une belle mort.
Entouré de Koalaks, pas tellement braves, mais aillant l'avantage certain du nombre, Darkadenna allait avoir une belle mort. Pas parce que son combat été honorable, ni parce qu'il serait mort soûl. Mais simplement pour le vue qu'il avait.
Il s'était battu comme il avait pu, avait tranché de la bestiole. La majorité du sang qui le recouvrait n'était pas le sien, et il était parvenu à faire une bonne dizaine de cadavres avant de céder face au nombre. Il s'était pris un coup de lance-pierre dans le bras, puis dans les jambes. Etant plus lent, c'était son corps qui avait commencé à prendre les lames de toutes sortes. Entaillés, parfois profondément. la boisson qu'il avait prise avait l'honneur de réduire ce qu'il subissait au rang de simple information.
Il était toujours en plein délire. Recouvert de confiture, et coupant des pendules à l'aide de bougies. Ses yeux avaient beau lui faire voir ça, il avait assez d'expérience dans le domaine de l'alcool pour savoir la vérité. Il était en mauvaise posture, et c'était sans doute là son dernier combat. Même un bon prêtre ne peut pas redonner forme humaine à de la bouillie.
Pourtant, ça allait être une belle mort.
Il s'était débattu comme il avait pu, mais ça n'avait mené nulle part. La vitesse avec laquelle il exterminait la faune locale était inférieur à la vitesse à laquelle elle se multipliait. Immobilisé, il devinait la lame qui allait atteindre son cou, et comme dernière action, il choisit de lever les yeux.
A quelques dizaines de mètres, il y avait Pampulilu. Elle courait en sa direction, une main vers l'avant, voulant l'atteindre. Avec une petite larme au coin de l'oeil, qui finirait par flirter avec ses tatouages, mais qui pour le moment restait immobilisée dans l'instant.
Existe-t-il plus belle vue pour mourir ?
Puis soudain, une vibration. Comme si tout le monde des douze s'était mis à bouger, d'un coup. Pour s'immobiliser. Tout s'était arrêté. Pendant un laps de temps infime.
La larme de Pampu repartit vers l'endroit d'où elle venait, les plaies du Pandawa se refermèrent, les koalaks se relevèrent.
Le temps semblait partir dans l'autre sens, sans que personne, ou presque, n'en ai conscience.

Il avait le soleil dans la gueule, celui-ci avait réussi à passer malgré tous les obstacles, le rideau étant juste assez ouvert pour laisser passer un rayon éclatant les yeux du pandawa endormi.
         Darkadenna les ouvrit.
La sensation n'était pas comme une gueule de bois, ni comme une impression de déjà vu. C'était beaucoup plus fort. C'est les yeux vides qu'il sortit de la taverne, encore travesti de la veille, fixant le sol, et effectuant ses déplacements machinalement. L'impression d'être un zombie l'avait gagné. Elle avait commencé il y a quelques jours déjà. Il se sentait vide, comme si il revivait deux fois la même vie. C'était super perturbant.
Cette impression était partie les jours suivants. Elle avait atteint son paroxysme à ce réveil là, puis s'en était allée. Darkadenna passa des journées tout à fait normales, rien ne bouleversait son quotidien. A part un coffre qui ne voulait pas s'ouvrir à la tour peut-être. Quelqu'un avait eu la présence d'esprit de retirer la dolomite présente dans le sac du Pandawa, mais qui ? Peu importe, la routine avait repris sa place jusqu'au départ de Butcher, qui arriva pour lui comme un cheveux dans la soupe.

On se réveil un matin, et on se rend compte que quelqu'un a levé les voiles.
Un bon aventurier.
Un ami qui en connaissait long sur le Air-Paix.
Quelqu'un de bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ashback   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ashback
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Butcher-
Sauter vers: